Défense
La France lance sa propre mission de surveillance dans le Golfe

Actualité

La France lance sa propre mission de surveillance dans le Golfe

Défense

Florence Parly, ministre des Armées, l'a annoncé dimanche dernier lors de son déplacement à Abu Dhabi. La France va lancer sa propre mission de surveillance maritime dans le golfe Arabo-Persique suite au regain de tensions qui a vu plusieurs attaques non revendiquées visant des navires de commerce depuis le mois de juin. Cette mission, qui pourrait regrouper une dizaine de pays dont le Royaume-Uni et les Pays-Bas, serait localisée dans la base militaire française à Abu Dhabi. Ni la date de démarrage de ses opérations, ni ses modalités, ne sont pour le moment connues même si Florence Parly a assuré que c'était pour « bientôt ». 

Cette mission viendrait en complément de l'action de protection du trafic dans la zone par les Etats-Unis et le Royaume-Uni, l'opération Sentinel lancée par l'administration Trump en juin. On se souvient qu'en août dernier, la ministre avait exprimé que l’Union européenne ne voulait pas « être dans un dispositif d'escorte des navires, mais nous voulons assurer une présence dissuasive ». Cette nouvelle mission pourrait donc correspondre à cet objectif via une collecte, une analyse et une redistribution des informations recueillies sur place, ainsi qu'une surveillance accrue des mouvements de navires de la zone. Un peu à l'image de ce qui est déjà pratiqué dans les différentes cellules du Maritime Information Cooperation and Awareness Center (MICA Center) situé à la base navale de Brest pour les zones du golfe de Guinée, de la corne de l'Afrique, l'océan Indien, l'Asie du Sud-Est ou encore la Méditerranée. 

Interrogé sur ce point à Brest par Mer et Marine, le contre-amiral Nicolas Vaujour, commandant les opérations de la Marine, a indiqué que  « le MICA a envoyé, depuis le début des incidents dans le Golfe, tous les éléments qu'il avait pu recueillir vers les CSO (Company Security Officer - responsables de la sécurité au sein des armements). Nous devons être présents sur place pour connaître les tenants et les aboutissants de cette situation très complexe. Nous avons remonté une frégate près d'Ormuz et nous continuons à analyser tous les éléments dont nous disposons ». 

La Marine nationale maintient pour mémoire une présence permanente dans le nord l'océan Indien et autour du golfe Arabo-Persique. Ces derniers mois, c'est la frégate antiaérienne Jean Bart qui a notamment évolué dans le secteur. Le bâtiment, de retour vers sa base de Toulon, a été remplacé par la frégate Courbet. 

 

Marine nationale