Disp POPIN non abonne!
Défense

Actualité

La France propose à la Pologne des Scorpène dotés de missiles de croisière

Défense

(Article publié le 31 août) C’est un argument de poids pour emporter le contrat des nouveaux sous-marins polonais. Afin de prendre l’avantage sur les Allemands, dont le type 214 est donné favori, les Français abattent une nouvelle carte en offrant à Varsovie la possibilité d’acquérir le nouveau missile de croisière naval (MdCN) développé par MBDA pour le compte de la Marine nationale.  Pour la première fois, l'industriel européen, qui produit le MdCN dans l'Hexagone, présente officiellement la nouvelle arme en Pologne, à l'occasion du salon MSPO, qui se déroule du 1er au 4 septembre. 

Uniquement disponible sur les Scorpène proposés par DCNS à la Pologne, le MdCN permettrait au pays de disposer d’une capacité de frappe en profondeur depuis la mer. Un atout militaire et stratégique de premier plan que les Français sont les seuls à proposer. Même si cette capacité ne fait pas partie des spécifications requises pour les futurs sous-marins polonais, on imagine qu'une telle proposition devrait retenir l'intérêt de Varsovie, et pourquoi pas amener les Polonais à reconsidérer leur préférence pour l'offre allemande. Surtout dans le contexte géostratégique actuel, marqué par les tensions avec la Russie, qui préoccupent vivement les pays d'Europe de l'Est. On imagine d'ailleurs que l'initiative française ne devrait guère plaire à Moscou, d'autant que le Scorpène, adopté par le Chili, la Malaisie, l'Inde et le Brésil, est réputé comme faisant partie des sous-marins les plus discrets au monde. Pour la France, cette démarche peut en tous cas constituer un gage diplomatique, alors que les pressions s'accentuent sur Paris quant à la livraison à la Russie des bâtiments de projection et de commandement en achèvement à Saint-Nazaire. 

 

 

Le MdCN dans sa version tirée depuis frégate (© MBDA)

Le MdCN dans sa version tirée depuis frégate (© MBDA)

 

 

Prévu pour effectuer à l’automne son dernier tir de qualification terrestre, le MdCN doit entrer en service en 2015, à l’issue d’un premier lancement depuis une frégate multi-missions (FREMM) française. La version sous-marine du missile, tirée dans une capsule depuis un tube lance-torpille, suivra à partir de 2017 afin d’équiper les nouveaux sous-marins nucléaires d’attaque du type Barracuda. Dérivé du missile de croisière aéroporté Scalp EG, le MdCN est conçu pour la destruction d’objectifs terrestres, y compris des cibles durcies, avec une portée estimée à 1000 kilomètres environ. C’est la première arme européenne de ce type, la seule autre marine d’Europe à mettre en oeuvre des missiles de croisière tirés depuis des sous-marins étant la Royal Navy, qui emploie le Tomahawk américain.     

 

 

Tir d'essai de la version sous-marine du MdCN (© DGA)

Tir d'essai de la version sous-marine du MdCN (© DGA)      

 

 

Considéré comme une arme stratégique, le MdCN n’a pas encore été vendu à l’export. Jusqu’ici, il avait seulement été proposé à la Grèce lorsque celle-ci envisageait d’acquérir des FREMM.

Pour mémoire, la Pologne compte se doter de trois nouveaux sous-marins dans le cadre du projet Orka. Il s’agit de remplacer les quatre anciennes unités norvégiennes du type Kobben, mises en service entre 1964 et 1967 (et intégrées dans la marine polonaise entre 2002 et 2004), ainsi que le bâtiment du type Kilo transféré par la Russie en 1986.

Alors que le Scorpène de DCNS est notamment en compétition avec le type 214 de TKMS, Varsovie entend également moderniser sa flotte de surface.

La commande de corvettes est à l’étude, DCNS proposant dans cette perspective la nouvelle Gowind 1000 (voir notre article sur le sujet).  

 

 

Gowind 1000 (© DCNS)

Gowind 1000 (© DCNS)

 

Naval Group (ex-DCNS) MBDA