Défense
La France va dépêcher le Mistral et le Georges Leygues en Libye

Actualité

La France va dépêcher le Mistral et le Georges Leygues en Libye

Défense

Le bâtiment de projection et de commandement Mistral, ainsi que la frégate Georges Leygues, vont rejoindre la Libye afin de participer aux opérations humanitaires en cours. Ayant appareillé lundi de Brest, les deux navires, qui forment le groupe Jeanne d'Arc, devaient franchir cette nuit le détroit de Gibraltar. Avant de rallier la Libye, ils vont d'abord passer par Toulon afin que le Mistral récupère des hélicoptères de transport et de combat de l'Aviation Légère de l'Armée de Terre (ALAT). Ces moyens complèteront les unités de la 9ème Brigade Légère Blindée d'Infanterie de Marine (BLBIma) embarquées à Brest. Ainsi, le groupement tactique embarqué du BPC disposera de capacités aériennes, de véhicules, dont des blindés, ainsi que de l'infanterie et des moyens du génie.
La mission du groupe Jeanne d'Arc, qui va s'affiner dans les prochains jours en fonction de l'évolution de la situation sur place, vise à apporter un soutien humanitaire sur zone. Il est, notamment, question de participer aux évacuations de milliers de réfugiés bloqués à la frontière avec la Tunisie. En parallèle des moyens aériens que la France compte mettre en oeuvre, le Mistral pourrait, ainsi, accueillir plusieurs centaines de ressortissants égyptiens, afin de les ramener dans leur pays, qui est sur la route du groupe Jeanne d'Arc, en cours de déploiement vers la mer Rouge et l'océan Indien.

Le Mistral met en oeuvre des chalands de débarquement   (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)
Le Mistral met en oeuvre des chalands de débarquement (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Les modalités de la récupération des réfugiés ne sont pas encore fixées. « Nous y travaillons et cela dépendra de l'évolution du contexte. Le Mistral est, en tous cas, capable d'aller chercher les personnes à évacuer dans un port ou sur une plage. Le bâtiment effectuera ensuite le nombre de rotations qu'il faudra, mais une seule devrait suffire », explique-t-on à l'Etat-major des Armées.
En considérant le crochet qui doit être réalisé vers Toulon, le Mistral et le Georges Leygues devraient arriver sur zone en fin de semaine.
Pour mémoire, le Mistral peut embarquer jusqu'à 16 hélicoptères, 450 hommes de troupe, 70 véhicules et 4 chalands de débarquement. Il dispose en outre d'importants moyens de commandement et d'infrastructures hospitalières, dotées notamment de blocs chirurgicaux. En 2006, les capacités du bâtiment, livré quelques mois plus tôt, avaient été très appréciable au Liban, où il avait été envoyé pour évacuer plusieurs milliers de ressortissants.

Le Mistral au Liban, en 2006(© : MARINE NATIONALE)
Le Mistral au Liban, en 2006(© : MARINE NATIONALE)

Le Mistral au Liban, en 2006(© : MARINE NATIONALE)
Le Mistral au Liban, en 2006(© : MARINE NATIONALE)

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française