Construction Navale
La France veut étudier l'opportunité d'une filière de démantèlement

Actualité

La France veut étudier l'opportunité d'une filière de démantèlement

Construction Navale

A l'issue du Comité interministériel de la mer (CIMER), qui s'est tenu mardi à Paris, le premier ministre a chargé Pierre Cardo d'une mission parlementaire sur la déconstruction des navires en fin de vie. Le député des Yvelines va travailler sur l'opportunité du développement d'une filière française de démantèlement des navires en fin de vie. Plusieurs mesure en rapport avec le démantèlement des vieilles coques font, en effet, partie du Grenelle de la Mer. « Les conditions dans lesquelles s'exercent, dans certains pays, ces activités de démantèlement sont difficilement acceptable du point de vue social, économique et environnemental. Par ailleurs, les capacités européennes en matière de démantèlement peuvent paraître insuffisantes au regard des besoins prévisibles. De ce constat partagé, les acteurs ont conclu qu'il était indispensable d'étudier la pertinence d'une filière industrielle française », explique François Fillon dans la lettre de mission remise à Pierre Cardo. « Compte tenu des contraintes juridiques européennes et internationales, des réalités économiques et sociales de notre pays, ainsi que des exigences environnementales qui accompagneraient la mise en oeuvre et le développement, la réalisation de cet engagement est complexe », note toutefois le premier ministre.

Répondre à différentes problématiques

Dans ces conditions, la mission parlementaire devra répondre à un certain nombre de questions et proposer au gouvernement « les voies et les moyens » de mettre en oeuvre les mesures du Grenelle de la Mer liées au démantèlement. Pierre Cardo devra, notamment, déterminer quels sont les freins au développement d'une filière nationale, quelles synergies techniques peuvent être valorisées auprès d'autres activités industrielles, comme le recyclage ou la réparation navale ; ou encore quels sont les acteurs à même d'opérer ces changements (Etats, ports, industriels...) ? La mission devra, en parallèle, étudier la complémentarité entre les filières de démantèlement de navires de faibles tonnage (pêche, servitude...) et la déconstruction de gros bateaux. Elle travaillera aussi sur la mise en place de filières de recyclage adaptées, les solutions répondant aux spécificités des navires d'Etat, la réduction des nuisances, les garanties en matière de respect de l'environnement, ainsi que de la santé et de la sécurité des travailleurs et des personnes vivant autour des chantiers. Enfin, Matignon souhaite que soit étudié le développement de filières de formation qualifiantes, répondant aux activités de démantèlement.