Défense
La frégate Aconit intègre l'opération Atalante

Actualité

La frégate Aconit intègre l'opération Atalante

Défense

Présente en océan Indien depuis le mois de mars, la frégate légère furtive Aconit est passée, le 8 juin, sous le commandement de la force européenne EU NAVFOR. Elle fait désormais partie du dispositif déployé dans le cadre d'Atalante, soit 13 bâtiments de surface et 3 avions de patrouille maritime. L'objectif de cette opération, lancée en décembre 2008, est la lutte contre la piraterie au large de la Somalie. En plus de la protection du trafic commercial transitant par le golfe d'Aden, les navires européens couvrent les cargos chargés d'aide humanitaire, destinée aux populations somaliennes. Pour cette mission, l'Aconit dispose de son armement embarqué, et notamment de son artillerie légère, mais aussi d'un sérieux atout. Contrairement aux avisos, régulièrement déployés dans le secteur, la frégate embarque un hélicoptère Panther. Avec une vitesse maximale de 150 noeuds, cette machine, qui appartient à la flottille 36 F, peut franchir 400 nautiques et présente une autonomie de 4 heures. Dotée notamment d'un radar ORB-32, le Panther sert à la surveillance à longue distance et, grâce à sa rapidité, peut intervenir efficacement pour repousser une attaque ou intercepter des pirates. A cet effet, un tireur d'élite ou des commandos peuvent prendre place à bord.

Hélicoptère Panther et FLF (© MARINE NATIONALE)
Hélicoptère Panther et FLF (© MARINE NATIONALE)

Depuis son départ de Toulon et son arrivée en océan Indien, en mars, l'Aconit a eu un emploi du temps très chargé. La frégate fut d'abord intégrée à la Task Force 150, force navale internationale chargée de la lutte contre le terrorisme et les trafics illicites dans cette région du monde. On notera d'ailleurs que la France, pour la sixième fois, a pris le commandement de la TF 150, l'état-major de l'amiral Hinden étant embarqué sur le Bâtiment de Commandement et de Ravitaillement (BCR) Marne. Le cas échéant, les bâtiments engagés dans cette force peuvent être employés à d'autres missions, et notamment à la lutte contre la piraterie. Ainsi, l'Aconit faisait partie des moyens engagés pour la libération du voilier français Tanit, détourné dans le golfe d'Aden le 4 avril et libéré six jours plus tard.

L'Aconit se ravitaille auprès du Tokiwa (© MARINE NATIONALE)
L'Aconit se ravitaille auprès du Tokiwa (© MARINE NATIONALE)

L'Aconit a, ensuite, poursuivi ses patrouilles en océan Indien et, fin avril, a « refait le plein » auprès du Japonais Tokiwa. Ce ravitaillement à la mer était très symbolique. Il s'agissait du 100 ème réalisé au profit d'un bâtiment de la TF 150 par un pétrolier nippon depuis la reprise des activités navales japonaises dans l'océan Indien, en 2007.
La frégate de la Marine nationale a, également, participé à l'exercice Khunjar Hadd. Organisées par la marine d'Oman, ces manoeuvres ont rassemblé les forces armées du sultanat, mais aussi des bâtiments américains et britanniques, permettant aux différentes marines de travailler ensemble et d'améliorer leur interopérabilité. Reprenant ses visites de boutres en mer d'Arabie, permettant à la coalition, par les renseignements collectés, de confondre des trafiquants, l'Aconit a franchi le détroit d'Ormuz le 15 mai. En compagnie de la frégate de défense aérienne Forbin, la FLF était présente à Abu Dhabi pour l'inauguration, le 26 mai, de l'Implantation Militaire Française aux Emirats Arabes Unis (IMFEAU).

L'Aconit à Toulon (© JEAN-LOUIS VENNE)
L'Aconit à Toulon (© JEAN-LOUIS VENNE)

Achevant son déploiement en océan Indien au sein d'Atalante, l'Aconit sera de retour cet été à Toulon.
Quatrième des cinq FLF du type La Fayette, l'Aconit a été mis sur cale chez DCNS, à Lorient, en 1996. Admise au service actif trois ans plus tard, ce bâtiment de 125 mètres de long affiche un déplacement de 3600 tonnes en charge. Son armement consiste en 8 missiles Exocet MM40, un système Crotale Naval CN2 (8 missiles en batterie et 16 en soute), une tourelle de 100 mm, deux canons de 20mm et quatre mitrailleuses de 12.7 mm. Pouvant atteindre 25 noeuds et capable de franchir 9000 nautiques à 12 noeuds, cette frégate furtive compte un équipage de 150 marins.

Marine nationale