Défense
La frégate Chevalier Paul pointe son étrave en rade de Cherbourg

Actualité

La frégate Chevalier Paul pointe son étrave en rade de Cherbourg

Défense

Les Cherbourgeois ont eu la surprise, hier, d'observer la frégate de défense aérienne Chevalier Paul pénétrer dans la grande rade. Flambant neuf, le bâtiment, réalisé à Lorient par DCNS, est parti de Toulon le 19 mars pour sa traversée de longue durée. Ce déploiement permet de poursuivre les essais du nouveau navire, notamment en eaux chaudes et froides. Lors de son transit vers la mer du Nord, le Chevalier Paul s'est donc arrêté pour une courte escale technique à Cherbourg. Aucun bâtiment porte hélicoptère de la marine n'étant basé sur cette façade maritime, les hélicoptères Dauphin de Service Public en ont profité pour réaliser des « Touch and Go » sur la plateforme de la frégate. C'était le cas hier matin pour l'appareil basé à Maupertus (Cherbourg), alors que le Dauphin SP du Touquet devait réaliser des TAG en fin de journée.

Le Chevalier Paul à Cherbourg (© : MARINE NATIONALE - FREDERIC DUPLOUICH)
Le Chevalier Paul à Cherbourg (© : MARINE NATIONALE - FREDERIC DUPLOUICH)

Après cette halte normande, le Chevalier Paul va poursuivre son périple vers la Norvège puis la mer de Barents. Une escale est prévue à Severomorsk, en Russie, fin mars/début avril. Après les eaux glacées, la frégate doit redescendre en mer du Nord et participer brièvement à l'exercice OTAN Brillant Mariner (12 au 22 avril), qui impliquera notamment le porte-avions Charles de Gaulle et le BPC Mistral. Puis elle traversera l'Atlantique pour gagner les Etats-Unis et le Canada, avant de redescendre au sud vers les Caraïbes, faire escale au Mexique et franchir le canal de Panama. Elle débutera alors un tour de l'Amérique du sud pour arriver normalement au Brésil (Rio) en juin. Le Chevalier Paul retraversera ensuite l'Atlantique pour rallier le Maroc, avant de retrouver, mi-juillet, la base navale de Toulon. Le programme pourra, bien entendu, varier en fonction des impératifs techniques et opérationnels.

Le Chevalier Paul appareillant de Toulon le 19 mars (© : JEAN-LOUIS VENNE)
Le Chevalier Paul appareillant de Toulon le 19 mars (© : JEAN-LOUIS VENNE)

Longue de 152.9 mètres pour une largeur de 20.3 mètres, la FDA affiche un déplacement de 7000 tonnes en charge. Conçu pour assurer la protection d'un groupe aéronaval, le bâtiment dispose d'un puissant système de combat, lui permettant de suivre des centaines de pistes et d'en engager plusieurs simultanément. Ses radars de veille et de conduite de tir (S 1850 M et EMPAR) ont une portée de plusieurs centaines de kilomètres. L'armement est, quant à lui, constitué de 32 missiles Aster 30 et 16 missiles Aster 15, avec une réserve de place pour 16 missiles supplémentaires. La frégate est, en outre, dotée de deux pièces de 76mm, d'une artillerie légère et de deux tubes pour torpilles MU90. De plus, elle met en oeuvre le nouveau missile antinavire Exocet MM40 Block3, un engin de ce type ayant été tiré hier pour la première fois, et avec succès, au large de Toulon. Enfin, le Chevalier Paul, capable d'atteindre la vitesse de 29 noeuds, dispose d'une plateforme et d'un hangar pour un hélicoptère de classe 10 tonnes (NH90).

Le Chevalier Paul appareillant de Toulon le 19 mars (© : JEAN-LOUIS VENNE)
Le Chevalier Paul appareillant de Toulon le 19 mars (© : JEAN-LOUIS VENNE)

Le Chevalier Paul appareillant de Toulon le 19 mars (© : JEAN-LOUIS VENNE)
Le Chevalier Paul appareillant de Toulon le 19 mars (© : JEAN-LOUIS VENNE)

Le Chevalier Paul appareillant de Toulon le 19 mars (© : JEAN-LOUIS VENNE)
Le Chevalier Paul appareillant de Toulon le 19 mars (© : JEAN-LOUIS VENNE)

Marine nationale