Défense
La frégate Jean Bart reçoit un nouveau radar SMART-S

Actualité

La frégate Jean Bart reçoit un nouveau radar SMART-S

Défense

Actuellement en arrêt technique à Toulon, la frégate antiaérienne Jean Bart, de la Marine nationale, a été dotée d'une nouvelle antenne, en lieu et place du radar tridimensionnel DRBJ-11 B (sous le radôme situé au dessus des cheminées, derrière la mâture) dont elle était équipée depuis sa mise en service, en 1991. Il s'agit d'un SMART-S Mk2, conçu par Thales pour la surveillance aérienne et de surface à longue portée, mais aussi à courte distance, y compris en zone littorale. Ce radar 3D est capable de détecter et poursuivre 500 cibles, notamment des engins très rapides et particulièrement manoeuvrants. Pouvant détecter un petit missile à une cinquantaine de kilomètres, le SMART-S affiche une portée de 150 mètres à 250 kilomètres pour la détection de mobiles de surface et d'aéronefs. Récemment posé sur le Jean Bart, le radar va, désormais, être intégré au système de combat du bâtiment. Ce changement de radar constitue une opération lourde, qui a notamment mobilisé, chez DCNS, une cinquantaine de personnes, entre les études et l'intégration physique sur la structure, sans oublier le couplage au système de combat. Le Jean Bart, qui achèvera son arrêt technique dans quelques semaines, sera la première frégate française à mettre en oeuvre le SMART-S, destiné à moderniser ses capacités de détection pour lui permettre de rester en service jusqu'en 2022, année prévue pour l'entrée en service de la seconde frégates de défense aérienne du type FREDA, dérivée des FREMM (frégates multi-missions) de la classe Aquitaine. Sistership du Jean Bart, le Cassard, mis en service en 1988, recevra probablement lui-aussi un nouveau radar. En revanche, il n'est pas prévu de moderniser le système d'armes principal ce ces frégates, constitué du système SM 1-MR.
Pour mémoire, seuls trois bâtiments de la marine française étaient dotés du DRBJ-11B : Le Cassard, le Jean Bart et le porte-avions Charles de Gaulle.

SMART-S sur le Jean Bart  (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)
SMART-S sur le Jean Bart (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

SMART-S sur le Jean Bart  (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)
SMART-S sur le Jean Bart (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Dérivées des frégates du type F70 ASM (classe Georges Leygues), les Cassard et Jean Bart (type F70 AA) ont été construites à Lorient par DCNS. Ces bâtiments mesurent 139 mètres de long et affichent un déplacement de 5000 tonnes en charge. Leur armement comprend 8 missiles antinavire Exocet MM40, un système surface-air SM1-MR (40 missiles), deux systèmes surface-air à courte portée Sadral (39 missiles), une tourelle de 100mm, deux canons de 20mm, quatre mitrailleuses de 12.7mm et deux tubes lance-torpilles. Ces frégates embarquent, en outre, un hélicoptère Panther. En dehors du DRBJ-11 B, qui équipe aussi le porte-avions Charles de Gaulle, l'électronique comprend un radar de veille DRBV-26 C, deux radars de conduite de tir SPG-51C (pour les SM1-MR) et une conduite de tir DRBC-33 (pour le 100mm), ainsi que deux radars de navigation et d'appontage DRBN-34. Les F70 AA disposent, aussi, d'un détecteur, de deux brouilleurs, d'un bruiteur remorqué, de deux lance-leurres Dagaie et de deux lance-leurres Sagaie.

Le Jean Bart  avant travaux, avec le radôme du DRBJ-11B (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)
Le Jean Bart avant travaux, avec le radôme du DRBJ-11B (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Thales Marine nationale