Défense
La frégate Jean Bart retrouve l'opération Harmattan

Actualité

La frégate Jean Bart retrouve l'opération Harmattan

Défense

La frégate antiaérienne Jean Bart a retrouvé, en fin de semaine dernière, le groupe aéronaval français déployé au large de la Libye dans le cadre de l'opération Harmattan (Unified Protector). Le Jean Bart avait déjà été déployé sur zone au mois de mars, avant de rentrer à Toulon le 8 avril pour effectuer des opérations de maintenance et assurer les besoins en ravitaillement, l'équipage en profitant, par roulement, pour prendre quelques jours de permission. Fin prêt pour reprendre la mer, le Jean Bart a appareillé de Toulon le 26 avril, cap sur la Libye. La frégate va assurer la protection du porte-avions Charles de Gaulle, ainsi que la surveillance aérienne de la région dans le cadre de la zone d'interdiction aérienne instaurée au dessus de la Libye.
Cette mission s'inscrit dans le cadre d'un déploiement de plusieurs mois du bâtiment, qui ne devrait pas revenir à Toulon avant juillet.

Le Jean Bart  (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)
Le Jean Bart (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Sistership du Cassard, le Jean Bart est la seconde frégate du type F70 AA. Construite à Lorient par DCNS, elle est entrée en service en 1991. Version antiaérienne des frégates anti-sous-marines de la classe Georges Leygues (F70 ASM), ce bâtiment mesure 139 mètres et affiche un déplacement de 5000 tonnes en charge. Son armement comprend 40 missiles surface-air SM-1 MR tirés au moyen d'une rampe Mk13, deux systèmes surface-air à très courte portée Sadral (deux lanceurs sextuples, 39 missiles Mistral), 8 missiles antinavire Exocet MM40, une tourelle de 100mm, deux canons de 20mm, des mitrailleuses de 12.7mm et deux tubes lance-torpilles. Comptant un équipage d'environ 250 marins, le Jean Bart embarque, en outre, un hélicoptère Panther. Les équipements électroniques comprennent un radar de veille lointaine DRBV-26C, un radar de veille tridimensionnel DRBJ-11B, deux radars de conduite de tir pour les SM-1MR et une conduite de tir pour l'artillerie. Les contre-mesures sont assurées par une suite détecteur/intercepteur/brouilleurs, deux lance-leurres Dagaie et deux lance-leurres Sagaie.
Le Jean Bart, comme le Cassard, seront remplacés en 2021 et 2022 par deux bâtiments antiaériens, les FREDA, dérivés des 9 premières frégates européennes multi-missions (FREMM).

Le Jean Bart tirant un missile Mistral  (© : MARINE NATIONALE)
Le Jean Bart tirant un missile Mistral (© : MARINE NATIONALE)

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française