Défense
La frégate Latouche-Tréville endommagée suite à une fortune de mer
ABONNÉS

Actualité

La frégate Latouche-Tréville endommagée suite à une fortune de mer

Défense

Pas de blessé mais une tête de mât brisée, des dégâts en contrebas et un retour obligé au port. Peu après son départ de Brest, la frégate anti-sous-marine Latouche-Tréville a été victime dans la soirée du 9 janvier d’une fortune de mer au large des côtes bretonnes. Dans des conditions météo très dégradées, avec une houle de 7 mètres et un fort vent, la partie supérieure de la mâture s’est brisée et est tombée sur la superstructure, à bâbord. De sources militaires, il n’y a « aucun blessé » et le bâtiment « conserve la pleine et entière disponibilité de sa propulsion ainsi que des installations de production d’énergie, de sécurité et de navigation ». Mais, alors qu’elle devait semble-t-il participer à un exercice au large de l’Espagne, la frégate a été obligée de faire demi-tour pour regagner Brest, où elle est arrivée dans l’après-midi du vendredi 10 janvier. « Le Latouche-Tréville (est) de retour au port base pour une évaluation des indisponibilités. Un plan d’action sera mis en œuvre au plus tôt pour retrouver sa pleine et entière disponibilité ». Il s’agit de déterminer l’étendue des dégâts, notamment sur les systèmes se trouvant dans la mâture (dont des moyens de communication et de guerre électronique), mais aussi ceux touchés par la chute de la partie supérieure du mât. Les images du bâtiment à son retour à Brest montrent notamment des dommages sur l'une des deux antennes de communication par satellite Syracuse III (celle située à bâbord), partiellement protégée par une bâche bleue. Sur le même côté, le brouilleur ARBB-36 et le système surface-air Simbad ne semblent visuellement pas touchés. Ce qui a en revanche sans doute été le cas du lance-leurres Dagaie, dont la rambarde a été partiellement arrachée. 

 

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française