Défense
La frégate Latouche-Tréville réparée

Actualité

La frégate Latouche-Tréville réparée

Défense

Les réparations sur la frégate Latouche-Tréville, qui a perdu sa tête de mât et subi différents dommages dans la soirée du 9 janvier, alors qu’elle évoluant dans une forte mer au large de la Bretagne, ont débuté. Malgré le fait que le bâtiment est à seulement un an et demi de sa retraite, sa remise en état a été décidée du fait que les dégâts ne sont pas trop importants et que la Marine nationale dispose des pièces de rechange nécessaires, provenant notamment d’autres frégates du type F70 précédemment désarmées. Sans donner de calendrier exact, l’amiral Jean-Philippe Rolland, commandant la Force d’Action Navale, a indiqué lors de son passage à Brest hier que les travaux seraient conduits « le plus rapidement possible ». Une enquête est par ailleurs toujours en cours pour déterminer les causes de la rupture de la tête de mât. Celle-ci est pour mémoire tombée sur le côté bâbord du bâtiment, endommageant l’une des deux antennes de transmission par satellite Syracuse III, ainsi qu’un lance-leurres Dagaie. Des systèmes de communication et de guerre électronique situés dans les hauts de la mâture ont également été touchés.

 

Le Latouche-Tréville rentrant dans la base navale de Brest le 10 janvier (© MICHEL FLOCH)

Le Latouche-Tréville rentrant dans la base navale de Brest le 10 janvier (© MICHEL FLOCH)

 

Septième et dernière frégate anti-sous-marine du type F70 ASM, le Latouche Tréville, mis en service en 1990, est l’une des deux ultimes unités de cette série encore opérationnelles. Egalement basé à Brest, le La Motte-Picquet, entré en flotte en 1988, doit être mis en retraite cette année, le Latouche-Tréville devant suivre en 2021. Pour sa dernière année de vie opérationnelle, on notera qu’elle n’embarquera plus de Lynx, les derniers hélicoptères de ce type devant être retirés du service cet été.

 

Le Latouche-Tréville à Toulon en juillet 2019 (© JEAN-CLAUDE BELLONNE)

Le Latouche-Tréville à Toulon en juillet 2019 (© JEAN-CLAUDE BELLONNE)

 

Long de 139 mètres pour une largeur de 15 mètres et un déplacement de 4000 tonnes en charge, le Latouche-Tréville est armé par un équipage de 240 marins. Spécialisé dans la lutte anti-sous-marine, ce bâtiment dispose pour cette mission d'un sonar de coque DUBV-24C, un sonar remorqué à immersion variable DUBV-43, deux tubes pour torpilles MU90 et un à deux hélicoptères Lynx dotés d'un sonar trempé et de torpilles. Le reste de l'armement comprend jusqu'à 8 missiles antinavire Exocet MM40, un système surface-air Crotale, deux Simbad, une tourelle de 100mm et de l'artillerie légère. 

 

Marine nationale