Défense
La FREMM Bretagne admise au service actif

Actualité

La FREMM Bretagne admise au service actif

Défense

Cinquième des huit nouvelles frégates multi-missions de la Marine nationale, la Bretagne a vu son admission au service actif prononcée le 20 février. Construit à Lorient par Naval Group, le bâtiment avait été livré le 18 juillet dernier. Son déploiement de longue durée avait suivi, avec une mission en Atlantique marquée notamment par des exercices de lutte anti-sous-marine au large des Etats-Unis et une participation à l’exercice OTAN Trident Juncture en Norvège. Ce DLD, débuté le 30 août, avait néanmoins été écourté sur sa fin, au début du mois de décembre, suite à une avarie sur l’un des deux moteurs électriques de la frégate. Réparée à Brest en fin d’année, la Bretagne a repris ensuite son cycle d’entrainement et de qualification jusqu’à son admission au service actif, légèrement retardée du fait du problème technique rencontré précédemment.

Longue de 142 mètres pour un déplacement en charge de 6000 tonnes, la Bretagne est conçue pour tous les domaines de combat, de la chasse aux sous-marins à la lutte antinavire, en passant par la défense aérienne et les frappes à grande distance contre des cibles terrestres. Elle peut mettre en œuvre 16 missiles de croisière navals (MdCN), 16 missiles surface-air Aster 15 (avec des lanceurs capables d'embarquer ultérieurement des Aster 30) et 8 missiles antinavire Exocet MM40 Block3. Elle dispose en outre d’une tourelle de 76mm, deux canons télé-opérés de 20mm et des tubes pour torpilles MU90. Embarquant un hélicoptère du type Caïman Marine (NH90), la frégate est équipée de puissants senseurs, dont un radar multifonctions Herakles, deux brouilleurs, un sonar de coque et un sonar remorqué Captas 4.

A Brest, sa mission principale est la protection des approches maritimes et celle des sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE) opérant depuis l’Île Longue.

La Bretagne est la seconde FREMM de la marine française basée dans cité du Ponant, où est également stationnée l'Aquitaine. La Normandie, qui va bientôt débuter ses essais, s'y ajoutera dans le courant de l'année en vue d'une admission au service actif en 2020. 

Les trois autres frégates de ce type déjà opérationnelles (Provence, Languedoc et Auvergne) sont basées à Toulon. 

Le programme FREMM s'achèvera avec deux derniers bâtiments, les futures Alsace et Lorraine. En cours de construction à Lorient, ces unités livrables en 2021 et 2022 (ASA d'ici 2023) auront des capacités de défense aérienne renforcées.

 

Marine Nationale | Toute l’actualité de la marine française