Défense
La FREMM égyptienne prend la mer

Reportage

La FREMM égyptienne prend la mer

Défense

Mercredi matin, les marins égyptiens étaient pour la première fois aux commandes de leur toute nouvelle frégate, la Tahya Misr, livrée la veille par DCNS. Un moment historique pour l’Egypte, qui n’a jamais disposé d’un bâtiment de combat aussi moderne et puissant. Pour le premier appareillage, il y avait donc forcément un peu de tension. Mais, très vite, les réflexes ont pris le dessus et les marins égyptiens, conduits par le commandant Mohammed Nabil, ont parfaitement dompté leur nouveau fleuron, sous l’œil attentif des instructeurs de DCI Navfco. « Ils étaient extrêmement concentrés et on voit l’efficacité de la formation dont ils ont bénéficié. Ils sont très professionnels et ont pris naturellement les commandes du navire », explique l’un des pilotes de Lorient, qui a assisté à de nombreux départs en essais mer de bâtiments vendus à l’export et confie qu’il a rarement vu un équipage  s’en sortir aussi bien.

 

L'équipage du Tahya Misr (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

L'équipage du Tahya Misr (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le Tahya Misr quittant Lorient mercredi (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le Tahya Misr quittant Lorient mercredi (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Quatre mois pour transformer la frégate et former l’équipage

Une situation d’autant plus remarquable qu’il a fallu former les Egyptiens en un temps record suite au contrat signé le 16 février dernier. « Ce contrat a fait l’objet d’une négociation éclair et c’est le premier du genre en France. Depuis le début du mois de février nous avons repoussé nos limites et relevé de nombreux défis », rappelle Hervé Guillou, président de DCNS, qui également souligné « le travail considérable accompli (par les Egyptiens) afin d’en apprendre le maximum sur ce navire sophistiqué et extrêmement puissant en un minimum de temps ».

 

Lors de la cérémonie de transfert (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Lors de la cérémonie de transfert (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Le Caire souhaitant une frégate opérationnelle dès l’été, la France a proposé, suite aux premières discussions intervenues en septembre 2014, de lui transférer l’une de ses FREMM, en l’occurrence la Normandie, devait  alors être livrée à la Marine nationale. Celle-ci s’est donc reconfigurée pour gérer le décalage de réception de sa seconde frégate multi-missions (réaffectation d’unités entre Toulon et Brest, prolongement d’un an du Montcalm, gestion des ressources humaines inhérentes) et, ainsi, permettre à DCNS de conclure ce nouveau contrat à l’export. La partie française du programme FREMM a également été modifiée avec la Direction Générale de l’Armement, qui va commander une frégate supplémentaire pour compenser le transfert de la Normandie. « Il est rare de voir une marine céder un navire qui avait déjà un équipage, dans des délais aussi courts et tous les partenaires publics et privés déployer autant d’énergie et de volonté pour se réorganiser et faciliter la mise en œuvre d’un contrat à l’export ».

 

Naval Group | Actualité industrie navale de défense