Croisières et Voyages
La Gare maritime de Cherbourg fait peau neuve

Reportage

La Gare maritime de Cherbourg fait peau neuve

Croisières et Voyages

La Gare maritime transatlantique de Cherbourg profite d'une seconde jeunesse. Depuis 2003, d'importants travaux ont été entrepris sur ce joyau historique, afin de permettre au bâtiment d'accueillir, dans les meilleures conditions, les paquebots modernes. Porté par la Chambre de Commerce et d'Industrie du Cotentin, le projet a vu la rénovation et la mise en scénographie de la salle des bagages, la restauration de la façade sud, l'aménagement de nouveaux intérieurs pour le terminal croisière et la réfection de la voie charretière avec une verrière située entre la gare maritime et le hall des trains. Inaugurée le 30 juillet 1933 par le président Albert Lebrun, la Gare maritime de Cherbourg est alors considérée comme la plus belle du monde. Le superbe ensemble art déco de 240 mètres de long comprend un hall transatlantique, bâtiment à étages auquel accèdent les passagers des paquebots grâce à neuf passerelles mobiles, et le hall des trains, dont les wagons, en provenance directe de Paris, y déversent leurs flots de voyageurs en partance pour les Etats-Unis. C'est l'âge d'or de l'émigration, avec 300.000 passagers en 1929, faisant de Cherbourg le deuxième port français. La carrière de la gare au service des transatlantiques sera, toutefois, de courte durée, le second conflit mondial puis l'avènement de l'avion sonnant le glas des grands liners. En 1939, ils ne sont plus que 81.000, un chiffre qui s'effondre à 24.000 en 1946. Un bref sursaut marque l'après guerre, avec 79.000 passagers en 1950, avant un irrémédiable déclin. Fortement endommagée pendant la guerre, le bâtiment sera toutefois restauré, mais privé de son campanile et réduit de moitié. Menacée de démolition dans les années 70, la gare est finalement inscrite à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques en 1989.

Redynamiser la Cité de la Mer

Sauvée de la destruction, le site connaît une nouvelle vie en avril 2002, lors de l'ouverture de la Cité de la Mer. Ce vaste complexe scientifique et ludique, dédié au monde marin, a déjà accueilli plus d'un million de visiteurs. Malgré la mise en place de nouvelles attractions, sa fréquentation a néanmoins baissé depuis. Le projet de rénovation de la gare maritime vise, en conséquent, à renforcer son attractivité touristique, avec un programme d'investissements de plus de 9 millions d'euros. Un centre de congrès dans l'immense et splendide salle des pas perdus, dont la restauration des planchers d'achève. D'une capacité de 350 places, le centre comprendra des gradins modulables et salles de réunion, tout en pouvant servir de lieu d'exposition ou de spectacle. Dans le même temps, le fond de la darse où repose Le Redoutable, premier sous-marin nucléaire français, sera aménagé avec un parcours de visite au pied du bâtiment. Une nouvelle attraction va également s'installer dans la Cité de la Mer. Comprenant quatre espaces et un simulateur, elle permettra aux visiteurs de se confronter à une descente au fond des océans, à la découverte du noir, de la pression et des pertes de repères. Effets spéciaux, diffusion de films, cette découverte durera une heure.

Un nouveau terminal croisière

S'appuyant sur le passé historique du site, la CCI a, en parallèle de la Cité de la Mer, entrepris de réhabiliter la seconde partie du bâtiment, afin d'y installer un nouveau terminal croisière. Cet espace est situé entre les quatre tours. Les travaux, qui ont débuté en juin 2005, ont vu la réfection de la façade, constituée de panneaux de verre habillés de cuivre, ainsi que la réhabilitation du toit, notamment des verrières. La nouveau terminal s'étend sur deux niveaux, l'entrée principale disposant d'un lien direct avec la Cité de la Mer. L'ancien hall de remisage des rames accueille les passagers embarquant sur les paquebots et permet l'enregistrement et la vérification des bagages. Un salon d'attente a également été aménagé, de même qu'un accès à l'ancienne salle des bagages, proposant une découverte d'une demi-heure de l'épopée transatlantique avant l'embarquement via les passerelles classées. Cette salle, superbe, avait été inaugurée à l'occasion de l'escale du Queen Mary 2, en avril 2004. Longue de 87 mètres et se déployant sur plus de 1000 m2, elle avait nécessité six mois de travaux. Grâce à la réhabilitation de la gare maritime, la CCI de Cherbourg compte développer l'activité touristique de la ville, notamment par la multiplication des escales de paquebots. En 2005, le port du Cotentin a accueilli 29.000 passagers, chacun investissant, en moyenne, 100 euros dans l'économie locale.
________________________________________________

- Accéder au site Internet de la Cité de la Mer

Escales