Divers
La godille et ses champions se retrouvent à Groix

Actualité

La godille et ses champions se retrouvent à Groix

Article gratuit
Divers

Nous vous proposons aujourd'hui le récit par Francis Tabouret, de la revue "Le Tigre", d'une épreuve sportive très marine, très bretonne et très conviviale : le championnat du monde de la Godille.

 

L’affaire était d’importance et l’on ne s’était pas trompé en embarquant, ce matin là, sur l’un des navires qui assure la liaison entre Lorient et l’île de Groix. En ville, partout les affiches avaient fleuri et, depuis quelques jours, on ne parlait plus que de ça : le troisième Championnat de monde de Godille, organisé les 29 et 30 juin à Groix. Plus précisément à Port-Lay, dans cet ancien petit port de pêche où, chaque été, se tient également le Festival du Film Insulaire. 

 

 

(MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)

(MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)

 

 

La godille, c’est à la fois un aviron (une rame), un mode de propulsion traditionnel et un sport. Le verbe godiller se conjugue : on godille ainsi dans un port, sur une annexe, pour rejoindre un bateau amarré à une bouée. L’aviron unique – cette godille – est placé dans une encoche, au centre de la poupe. Le godilleur, debout, dos à son cap, grâce à un mouvement qui rappelle le huit, propulse et dirige son embarcation : la godille est à la fois l’hélice et le gouvernail. Il y a des godilleurs à travers le monde, du Japon aux rives du lac Titicaca, dans les Andes : pêcheurs, mariniers, passeurs naviguent à la godille. Mais c’est à Groix qu’a lieu, depuis trois ans, le Championnat du monde et, s’il n’y a pas encore de concurrents japonais ou boliviens, certains sont venus d’Ouessant ou encore de La Rochelle ! 

 

Le championnat se dispute en un contre la montre. Les godilleuses, d’une longueur de 5m10, ont été construites en 2012, spécialement pour le championnat, au chantier Billie Marine d’Hennebont. Le parcours est un aller-retour, à la godille donc, du môle vers une bouée placée à une centaine de mètres vers le large. Certains, affutés et entrainés, maîtrisent le geste ancestral des pêcheurs de Groix tandis que d’autres, plus lents, ont l’avenir devant eux car, comme le dit Raymond, vice-champion de l’édition précédente, un bon godilleur c’est « dix minutes d’apprentissage et trente ans de pratique ».  

 

 

Concurrente féminine (MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)

Concurrente féminine (MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)

 

(MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)

(MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)

 

La bouée est virée (MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)

La bouée est virée (MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)

 

 

Ici, on godille autant pour le sport que pour le plaisir. Le championnat du monde de Godille de Groix est d’abord une fête et le spectacle est autant sur l’eau que sur le quai, où les commentaires sont assurés, guitare à la main, par Ronan Tablantec. Entre les épreuves, les fanfares se succèdent aux abords du bar. Un peu plus haut, à flanc de colline, un tas de bois attend un cochon grillé. Le soleil est aussi assidu que les spectateurs ravis : Port-Lay était, ce week-end là, un havre de bonne humeur et c’est en se promettant d’y revenir, pour la prochaine édition, que l’on s’en est retourné vers le continent.

 

 

La fanfare de Groix, les Chat-thons (MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)

La fanfare de Groix, les Chat-thons (MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)

 

Ronan Tablantec, animateur de la rencontre (MER ET MARINE - C BRITZ)

Ronan Tablantec, animateur de la rencontre (MER ET MARINE - C BRITZ)

 

Le public et l'arbitrage (MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)

Le public et l'arbitrage (MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)

 

 

Pour retrouver le palmarès 2013 et des informations sur la godille, voir le site de la "No Federation de Godille"