Marine Marchande
La jolie rencontre des écoliers et des marins

Actualité

La jolie rencontre des écoliers et des marins

Marine Marchande

« C’est quoi un mille nautique ? » « Est-ce que vous avez déjà vu des pirates ? » « Il y a des vitres dans les sous-marins ? » « Le triangle des Bermudes, ça existe vraiment ? » « Comment vous faites pour téléphoner si vous êtes en panne en mer ? ». La curiosité des élèves de la classe de CM2 de l’école de Quizac, à Brest est débordante. En face d’eux, ce lundi matin, il y a Yves Le Cam, de l’association La Touline et Gilles Ferrand, commandant du Pourquoi Pas ?; bâtiment océanographique de Genavir. Durant cette matinée, ils vont expliquer à ces enfants qui vivent tout près de la mer, tous les métiers que celle-ci offre sur la côte. Une animation créée par l’association La Touline suite à un appel à manifestation d’intérêt de la région Bretagne pour la mise en place d’un programme pédagogique, « Les jeunes et la mer », à destination des écoliers.

Pour cela, La Touline a conçu un film pédagogique d’une heure, très interactif, présentant de nombreux métiers de la mer : les quais et les travailleurs portuaires de Brest, la passerelle du câblier Léon Thévenin, la machine du remorqueur Abeille Bourbon, les chantiers navals Bernard ou les pêcheurs de la Scapêche… des portraits et des explications, ponctuées de questions à l’adresse des enfants.
 
 
« Un bateau qui mesure quatre terrains de foot »
 
 
Et le moins qu’on puisse dire, c’est que cela fonctionne. « Et que c’est utile », souligne l’instituteur. « Ces enfants vivent dans une ville portuaire mais ne savent pas forcément ce qui se cache derrière les grilles du port de commerce ». A la question de savoir ce qu’il y a comme types de bateaux, c’est d’abord la plaisance, jet-ski et kayak compris, qui est citée. Il y a ensuite « les grands bateaux à voile », l’ « Abeille Bourbon qui a remorqué un bateau qui mesurait quatre terrains de foot » (actualité du Marco Polo oblige), puis les bateaux de pêche.  Ce n’est qu’au bout de plusieurs minutes qu’un timide « cargo » est murmuré par une élève. Et plus étonnant, à Brest, personne ne mentionne la Marine nationale. « Même ici, cela peut parfois paraître lointain pour ceux qui n’ont pas l’habitude de se promener sur le port », sourit l’instituteur. 
 
 
 
 « Comment on les empile les boîtes ? »
 
 
 
Alors le commandant Ferrand s’arme de son plus beau sourire de capitaine et explique. « L’essence de vos voitures, les vêtements que vous portez et même le tableau noir, tout ça, ça arrive par la mer ». « Dans des boîtes ? » Les garçons du premier rang sont intrigués : « comment on les empile toutes les boîtes ? Il y a des caméras sur les bateaux pour guider le grutier ? Et ça tient quand il y a des vagues ? ». Et les câbles que le Léon Thévenin installe dans le fond de la mer, « c’est pour téléphoner ? ah oui, c’est pas avec des satellites ? » Et les machines… « comment vous faites avec EDF quand vous partez en mer ? » Et les cuisines, et ces soirées où on est loin de la maison, et Internet qu’on commence à avoir à bord… Yves Le Cam et Gilles Ferrand répondent à toutes les questions. Et espèrent susciter des vocations ? « Pourquoi pas ? Mais déjà de la curiosité, c’est déjà bien ». Pour que la prochaine sortie scolaire en optimist - petit bateau d'initiation à la voile - en rade de Brest puisse être une illustration grandeur réelle de ce monde qu’ils ont découvert ce matin…
 
Formation