Disp POPIN non abonne!
Défense

Actualité

La livraison du nouveau porte-avions américain de nouveau retardée

Défense

Accusant déjà deux ans de retard, l’USS Gerald R. Ford, prototype de la nouvelle génération de porte-avions américains, ne sera pas livré comme prévu en septembre. L’US Navy ne s’attend pas à réceptionner le bâtiment avant novembre, au mieux. Le CVN 78, commandé en 2008 et mis à flot fin 2013 au chantier Huntington Ingalls Industries de Newport News, rencontre en effet toujours des difficultés techniques. Le Pentagone, selon un document daté du 28 juin et diffusé par Bloomberg, s’inquièterait notamment des capacités de mise en œuvre de l’aviation, en particulier la fiabilité des quatre nouvelles catapultes électromagnétiques, qui remplacent les catapultes à vapeur utilisées jusqu’ici, mais aussi le système de brins d’arrêt. Des modifications plus ou moins importantes des équipements de lancement et de récupération des avions sont évoquées. Faute de quoi les capacités aériennes du bâtiment seraient sérieusement amoindries. Il ne serait notamment pas capable de tenir le rythme fixé pour les périodes de crises à quatre jours d’opérations continues. Et il y aurait aussi des problèmes avec les ascenseurs à munitions et les senseurs. 

 

(© HII)

(© HII)

 

49 milliards de dollars pour les trois premiers bâtiments

Même si l’USS Gerald R. Ford constitue un véritable challenge technologique et que les déboires ne sont pas inhabituels sur des outils aussi complexes, cette situation commence à faire désordre et le programme subit de plus en plus de critiques. D’autant que son coût a atteint des sommets puisque le CVN 78 est désormais le plus cher bâtiment réalisé jusqu’ici aux Etats-Unis. A eux seuls, les frais de développement atteignent 4.7 milliards de dollars. S’y ajoute le prix de la construction, réévalué en 2013 à 12.8 milliards de dollars, soit 22% de plus que ce qui était prévu au moment de la signature du contrat. Pour l’heure, la facture globale des trois premiers porte-avions de ce type s’élève à 49 milliards de dollars.

Premièere sortie en mer prévue cet été 

Pour mémoire, l’USS Gerald R. Ford doit réaliser sa première sortie en mer cet été. Cette première campagne dans l’Atlantique sera uniquement dédiée aux essais de plateforme et de propulsion, ainsi qu’aux moyens de communication et de navigation. L’US Navy, après réception du navire, doit piloter ensuite l’intégration du groupe aérien embarqué et la montée en puissance progressive du porte-avions et de l’ensemble de ses équipements, puis son intégration à un groupe aéronaval. En tout état de cause, la marine américaine n’espère plus pouvoir engager l’USS Gerald R. Ford dans une opération de combat avant 2021.

 

(© US NAVY)

(© US NAVY)

 

100.000 tonnes, 4660 marins et 70 aéronefs

Long de 333 mètres pour une largeur maximale de 78 mètres (41 à la ligne de flottaison) et un déplacement d’environ 100.000 tonnes en charge, le CVN 78 est conçu pour atteindre la vitesse de 30 nœuds. Il sera armé par 4660 marins, incluant les équipes du groupe aérien embarqué, qui sera constitué de 70 avions et hélicoptères, dont le nouveau F-35C.

Son premier sistership, le futur USS John F. Kennedy (CVN 79), a été mis sur cale par HII en août 2015. Prévu pour être à flot en 2018, il doit remplacer en 2022 l’USS Nimitz (CVN 68), en flotte depuis 1975. Quant au troisième bâtiment de la série, le futur USS Enterprise (CVN 80), sa mise sur cale est programmée en 2018 en vue d’une livraison en 2025 pour succéder à l’USS Dwight D. Eisenhower (CVN 69), qui date de 1977.

 

US Navy / USCG