Histoire Navale
La machine à vapeur de l’ex-Ondée au Musée maritime du Havre

Actualité

La machine à vapeur de l’ex-Ondée au Musée maritime du Havre

Histoire Navale

L’association Amerami est parvenue à sauver la machine du dernier vapeur de la flotte française. Il s’agissait de l’Ondée, lancée en 1935 et transférée en juillet 2015 de Brest au Havre, où le vieux bateau-citerne a été démantelé. Si la coque n’a malheureusement pas pu être conservée, son trésor, à savoir sa machine, restera comme un témoin de la période des navires à vapeur.

Grâce au soutien de l’état-major de la Marine nationale, de la ville du Havre et de son Musée maritime, le bloc moteur, d’un poids de 14 tonnes, a été extrait de la coque de l’Ondée et transféré au musée normand, dont le directeur est un spécialiste des machines à vapeur.

Arrivée il y a un mois en plusieurs éléments, la machine, avec ses cylindres et sa grosse hélice, va, maintenant, être restaurée, en particulier grâce au mécénat de la société PBI et de la Ville du Havre. Avec une idée originale puisqu’il s’agit de la remettre en état de fonctionner et la faire tourner devant le public. Une exposition dynamique qui verra probablement voir le jour en entrainant la vieille machine grâce à un moteur électrique.

 

L'Ondée à Brest il y a quelques années (© : NETMARINE - JEAN-MICHEL ROCHE)

L'Ondée à Brest il y a quelques années (© : NETMARINE - JEAN-MICHEL ROCHE)

 

Après des années de tentative de sauvetage de l’Ondée, l’histoire du bateau-citerne trouve ainsi son épilogue, avec un clin d’œil historique puisque c’est au Havre qu’il a été construit il y a plus de 80 ans.

Longue de 34.8 mètres, l’Ondée disposait pour alimenter sa propulsion d’une chaudière avec chauffe au charbon. Conçu pour le ravitaillement en eau des bâtiments de la marine française, ce bateau assura cette mission au profit de l’escadre de l’Atlantique. Coulée à deux reprises, durant la seconde guerre mondiale et en 1982, elle fut renflouée. En dehors de son action au profit des bateaux gris, l’Ondée a également servi au ravitaillement en eau des îles finistériennes, notamment Ouessant et Sein, durant les périodes de sécheresse.