Défense
La marine canadienne rencontre un nouveau problème sur un sous-marin

Actualité

La marine canadienne rencontre un nouveau problème sur un sous-marin

Défense

Les déboires de la Royal Canadian Navy se poursuivent avec ses unités d’origine britannique. Mercredi dernier, l’effectif des forces sous-marines est tombé à zéro après un nouvel incident sur l’unique submersible encore en service. Le Windsor a été contraint de regagner Halifax après la découverte d’une fuite sur une valve d'un circuit d’air. Pris en charge par HMC Dockyard, les réparations devaient durer une huitaine de jours. Ce nouveau problème, intervenu à la veille d’importantes manœuvres en Atlantique, s’inscrit dans la très longue liste des défaillances à répétition rencontrées sur les quatre unités du type Upholder, louées à la Grande-Bretagne depuis 1998, quatre ans après avoir été désarmés dans la Royal Navy. Les trois autres sous-marins sont à quai depuis avril 2004 (Cornerbrook), octobre 2004 (Chicoutimi) et juin 2005 (Victoria). Après la découverte de fissures sur la coque, le Canada doit procéder à leur premier gros entretien depuis leur mise en service, entre 1990 et 1993. Il s'agit notamment de revoir l'étanchéité de tout le réseau électrique du bord. A l’automne 2004, le transfert du Chicoutimi vers le Canada s’était soldé par un drame au large de l’Irlande. De l’eau de mer, pénétrant par une écoutille, avait provoqué un court-circuit entraînant un incendie, tuant un marin.
Le contrat de location des quatres navires arrive à son terme, 8 ans après sa signature, le 7 avril 1998. Le Canada avait posé, au bout de cette période, une option d'achat.

Marine et garde-côtière canadiennes