Disp POPIN non abonne!
Défense

Actualité

La marine française envoie un second bâtiment au Vanuatu

Défense

Tous les moyens navals français disponibles à Nouméa ont été mobilisés pour venir en aide au Vanuatu, ravagé mi-mars par le cyclone Pam. La Marine nationale a, en effet, annoncé hier que le patrouilleur La Glorieuse avait été dépêché vers l’archipel sinistré, où la frégate de surveillance Vendémiaire, qui embarque deux hélicoptères Puma et Alouette III, est arrivée le 20 mars. Alors que le seul autre patrouilleur français basé en Nouvelle Calédonie, La Moqueuse, est actuellement en entretien, La Glorieuse, après avoir débarqué le fret humanitaire qu'elle transportait, est revenue à Nouméa pour prendre en charge une nouvelle cargaison. Elle doit remettre le cap vers le Vanuatu ce mercredi. 

 

La Glorieuse a achemine du fret humanitaire (© : FANC)

La Glorieuse a achemine du fret humanitaire (© : FANC)

Le Vendémiaire au large de Tanna (© : FANC)

Le Vendémiaire au large de Tanna (© : FANC)

 

Intervention à Tanna et Erromango

Les militaires français, soit 300 hommes et femmes des Forces Armées en Nouvelle Calédonie (FANC), interviennent à Erromango et Tanna, deux îles du sud de l'archipel du Vanuatu particulièrement touchées par le cyclone. « Vendredi 20 mars, ce sont plus de trois tonnes de matériel d’urgence réparties en palettes qui ont pu être transportées vers la terre par hélicoptère Puma en deux heures à peine. L’opération a nécessité l’investissement de tout l’équipage du Vendémiaire, ainsi qu’une préparation soignée sur le terrain où plusieurs militaires français sont en permanence au contact des ONG et de la population. Au-delà de cette aide matérielle bienvenue, les reconnaissances aériennes effectuées la veille avaient montré des zones isolées et des dispensaires dépassés par les soins nécessaires à certains blessés. Aussi, alors qu’une équipe du régiment d'infanterie de Marine du Pacifique - Nouvelle Calédonie (RIMaP-NC) s’efforçait de rouvrir les routes vers le Nord de l’île, plusieurs évacuations sanitaires ont été organisées en urgence. Deux femmes enceintes ont ainsi pu être assistées par des médecins militaires et civils et transportées de leur village jusqu’à l’aéroport de Tanna d’où l’une d’elle a été évacuée par Casa vers l’hôpital de Port Vila, la capitale du Vanuatu. Le 21 mars, les évacuations sanitaires et soins aux blessés ont continué tout au long de la journée, et un effort particulier a été porté sur le Nord de l’île de Tanna où dix marins de la brigade de protection du Vendémiaire et un détachement du RIMaP-NC se sont attachés à désenclaver une zone isolée et à mettre sur pied un quartier général pour la Croix Rouge. Une partie du matériel médical déchargé sur l’île y a d’ailleurs d’ores et déjà été emmenée », rapporte la Marine nationale.

 

Alouette III sur le Vendémiaire (© : FANC)

Alouette III sur le Vendémiaire (© : FANC)

Puma sur le Vendémiaire (© : FANC)

Puma sur le Vendémiaire (© : FANC)

Village sinistré (© : FANC)

Village sinistré (© : FANC)

Intervention française au Vanuatu (© : FANC)

Intervention française au Vanuatu (© : FANC)

Intervention française au Vanuatu (© : FANC)

Intervention française au Vanuatu (© : FANC)

Intervention française au Vanuatu (© : FANC)

Intervention française au Vanuatu (© : FANC)

Intervention française au Vanuatu (© : FANC)

Intervention française au Vanuatu (© : FANC)

Intervention française au Vanuatu (© : FANC)

Intervention française au Vanuatu (© : FANC)

 

On rappellera que les FANC ont aussi mobilisé des moyens aériens. Les vols de Casa vers le Vanuatu ont permis de transporter 117 personnes, dont 83 civils et 34 militaires, ainsi que 41 tonnes de fret. Dix ressortissants français ont été rapatriés à Nouméa, et sept Vanuatuans ont pu être évacués de Tanna vers Port Vila. 

Associations et particuliers également mobilisés

En dehors des militaires, des associations, comme Solidarité Tanna (qui a notamment fourni du fret transporté par les bâtiments de la marine), sont sur le pont pour venir en aide aux habitants du Vanuatu. Et les particuliers se mobilisent également. Ainsi, des Calédoniens ont appareillé hier de Nouméa à bord du Loire, un catamaran transportant 1.5 tonne de vivres et de matériel de construction, un chargement qui va être acheminé jusqu’à Erromango (voir l'article de Nouvelle Calédonie 1ère). 

Marine nationale