Défense
La marine indienne au coeur d'un vaste plan de renouvellement

Actualité

La marine indienne au coeur d'un vaste plan de renouvellement

Défense

Inquiète de la montée en puissance de la flotte chinoise, d'autant plus que celle-ci va pouvoir disposer de points d'appui dans différents Etats répartis tout autour du sous-continent indien (Bangladesh, Myanmar, Sri Lanka, Maldives, Pakistan), L'Inde a entrepris un vaste programme de renouvellement et d'accroissement de sa marine. Elle est toutefois confrontée à la lenteur des chantiers navals nationaux et aux problèmes qu'elle rencontre avec son principal fournisseur d'armement, la Russie.

Vue du futur Vikrant (© : INDIAN NAVY)
Vue du futur Vikrant (© : INDIAN NAVY)

Les nouveaux porte-avions dans la tourmente

Ces deux aspects négatifs sont flagrants pour ce qui concerne les futurs porte-avions indiens : la construction du Vikrant, porte-avions de 37.500 tonnes en charge (30 aéronafs), de conception et construction nationales, n'a toujours pas commencé en raison de difficultés rencontrées pour acquérir de l'acier de bonne qualité. Par ailleurs, la livraison du Vikramaditya, l'ex-porte-aéronefs russe Gorshkov en cours de refonte à Severomorsk depuis maintenant quatre ans, ne pourra intervenir avant 2012, au mieux, en raison de la sous-estimation des travaux réels à effectuer lors de la signature du contrat. De plus, le coût de cette refonte pourrait quasiment doubler.

Vue du futur Vikramaditya, l'ex-Gorshkov (© : INDIAN NAVY)
Vue du futur Vikramaditya, l'ex-Gorshkov (© : INDIAN NAVY)

C'est pourquoi les Américains auraient proposé le transfert gracieux de leur porte-avions Kitty Hawk, qui vient d'être retiré du service. Le transfert auraient néanmoins été conditionné par l'achat, en contrepartie, d'avions F/A-18 E/F Super Hornet. Cette éventualité ne paraissant guère réaliste, le vieux porte-avions Viraat (ex-Hermes britannique) va devoir être prolongé un certain temps malgré ses cinquante ans d'âge. Deux autres motifs de mécontentement de la Marine indienne vis-à-vis de la Russie sont apparus, l'un relatif à son insatisfaction après la modernisation des avions de patrouille maritime Il 38 May effectuée en Russie, l'autre concernant un dysfonctionnement des missiles de croisière Klub qu'elle a fait installer sur deux de ses sous-marins du type Kilo.

Un SNS russe du type Akula (© : MARINE RUSSE)
Un SNS russe du type Akula (© : MARINE RUSSE)

Accord conclu sur le transfert d'un SNA russe

En revanche, elle a pu concrétiser son projet d'acquisition d'un sous-marin nucléaire d'attaque russe du type Akula. Mais le Nerpa, qui doit lui être loué pour dix ans, ne lui sera transféré qu'en septembre 2009 au lieu de juin 2008, comme prévu initialement. Ce bâtiment permettra à l'Inde d'intégrer le club très fermé des Etats dotés de sous-marins nucléaires d'attaque (Etats-Unis, Russie, Chine, Grande-Bretagne et France). Il reprendra le nom Chakra, qui avait été attribué à un SNA soviétique du type Charlie I, qu'elle avait loué pour une période de trois ans entre 1988 et 1991. La location d'un deuxième Akula pourrait avoir lieu en 2010, bien que cela ait été formellement démenti (comme du reste l'avait déjà été celle du Nerpa). L'Inde construit, dans le même temps, son premier SNA de construction nationale (programme AVT). Mais ce bateau ne sera pas mis à flot avant, au mieux, avril 2009. Il sera armé de missiles de croisière Sagarika, dont un premier lancement en plongée à partir d'un caisson immergé a été réalisé il y a quelques mois.

Sous-marin du type Scorpène (© : DCNS)
Sous-marin du type Scorpène (© : DCNS)

Un an de retard dans le programme Scorpène

Sous-marins classiques. Au moins une année de retard est annoncée dans les prévisions de mise en service des six sous-marins de type Scorpène (de 2013 à 2018 au lieu de 2012 à 2017). A ces unités à propulsion nucléaire vont s'ajouter, au cours de la prochaine décennie, six sous-marins classiques du type Scorpène. Là encore, la construction locale, à Mumbai, semble rencontrer quelques lenteurs. Au moins une année de retard est déjà annoncée, les six bâtiments devant être désormais livrés entre 2013 et 2018. Une nouvelle série de six sous-marins doit suivre, mais ils ne seront pas nécessairement du type Scorpène, l'Inde préférant désormais diversifier ses sources d'approvisionnement d'armement à l'étranger.

Destroyers du type Delhi (© : INDIAN NAVY)
Destroyers du type Delhi (© : INDIAN NAVY)

Le lent renouvellement de la flotte de surface

Le renouvellement des unités de surface est en bonne voie. Son actuellement en construction les deux premiers destroyers lance-missiles du type Kolkata, de même que trois frégates du type Shivalik. Pour compenser les cadences très lentes des chantiers locaux, la marine indienne a commandé en 2006 trois frégates lance-missiles supplémentaires du type Talwar à la Russie et a lancé un appel d'offres international pour une nouvelle série de frégates. Réalisées par les chantiers Yantar de Kaliningrad, les Talwar ont été mises sur cale en juillet et novembre 2007, puis en juin 2008. Elles seront livrées en 2012 et 2013, et rejoindront les trois unités déjà en service.

Frégate du type Talwar (© : INDIAN NAVY)
Frégate du type Talwar (© : INDIAN NAVY)

Pour ce qui concerne les petits bâtiments, douze corvettes du type 28 sont prévues, quatre ayant déjà été commandée. Réalisées à Calcutta, ces navires de 2500 tonnes disposeront d'une propulsion fournie par DCNS. La construction de la seconde P28 a débuté en 2007. Par ailleurs, quatre patrouilleurs hauturiers de 105 mètres et 2 215 tonnes ont été notifiés aux chantiers de Goa pour des mises en service en 2010 et 2011. De même, sept patrouilleurs du type SDB Mk6 sont en construction ou achèvement, les deux premiers devant être livrés le mois prochain.

LST du type Magar (© : INDIAN NAVY)
LST du type Magar (© : INDIAN NAVY)

L'Inde, qui a entrepris la modernisation de sa flotte de dragueurs océaniques pour en faire des chasseurs de mines, a également nettement augmenté la composante amphibie. Elle a acquis en 2007 un transport de chalands de débarquement américain du type Trenton, le Nashville devant lui être transféré en 2008. La marine indienne a par ailleurs touché, en avril dernier, le bâtiment de débarquement Kesari, quatrième unité du type Magar. Le cinquième et dernier de la série, l'Airavat, devait entrer en flotte fin 2008.
Dans le domaine du soutien, on notera qu'un pétrolier-ravitailleurs de 27.000 tonnes a été commandé aux chantiers italiens Fincantieri.

Pétrolier du type Etna italien (© : INDIAN NAVY)
Pétrolier du type Etna italien (© : INDIAN NAVY)


_______________________________________________

Tour d'horizon réalisé avec le soutien de Bernard Prézelin, auteur de FLOTTES DE COMBAT 2008, où vous pouvez retrouver tous les navires et équipements de la marine indienne.