Divers
La marine intercepte près de 7 tonnes de drogue en seulement huit jours

Actualité

La marine intercepte près de 7 tonnes de drogue en seulement huit jours

Divers

Un nouveau coup de filet réalisé jeudi dernier contre le narcotrafic porte à près de 7 tonnes la quantité de drogue saisie en seulement huit jours par la marine. Grâce aux informations recueillies en amont par les services spécialisés, les bâtiments français ont pu intercepter, depuis fin janvier, trois importantes cargaisons de stupéfiants. La dernière opération remonte à jeudi dernier. Déployé dans le golfe de Guinée dans le cadre de la mission Corymbe, le bâtiment de projection et de commandement Tonnerre a surpris un petit cargo panaméen à 300 kilomètres au sud-ouest de Conakry. L'interception s'est déroulée en lien avec un avion de patrouille maritime de l'aéronautique navale, qui a permis de relocaliser le bateau suspect. « Lors de l'opération, l'équipage, composé de 9 marins de diverses nationalités, a jeté à la mer un colis suspect que les embarcations du Tonnerre ont réussi à récupérer. Il contenait des ballots de produits stupéfiants représentant au total 3,2 tonnes qui ont ensuite été identifiés comme de la cocaïne », explique la préfecture maritime de l'Atlantique, qui précise que le BPC embarquait, pour l'occasion, des commandos marine.
Pour le Tonnerre, il s'agit de la seconde saisie de drogue réalisée dans cette région en huit jours.
Le 29 janvier déjà, le BPC, à peine déployé en Afrique de l'Ouest, avait arraisonné le Blue Atlantic, un bateau de pêche battant pavillon libérien et transportant près de 2.5 tonnes de cocaïne. Le lendemain, cette fois en Méditerranée, les autorités françaises et espagnoles interceptaient une embarcation rapide transportant environ une tonne de drogue.
Enfin, au cours de l'exercice Raïs Hamidou au large des côtes algériennes, l'aviso Commandant Birot a récupéré un colis à la dérive. Le paquet, contenant 35 kilos de marijuana, portait le numéro 10, ce qui laisse penser qu'il faisait partie d'une importante cargaison.
Ces différentes saisies illustrent une montée en puissance de la lutte contre le narcotrafic et, peut être également, un développant du transport par voie de mer de la drogue. A titre de comparaison, sur l'ensemble de l'année 2006, « seulement » 10 tonnes de stupéfiants avaient été saisis à bord de six navires interceptés par la Marine nationale.
Dans ces opérations, les bâtiments militaires interviennent en bout de chaîne, à partir des renseignements et sur sollicitation de l'OCRTIS (office central pour la répression du trafic illicite de stupéfiants). Les services français spécialisés travaillent également en coopération avec leurs homologues internationaux et, à l'échelle européenne, au niveau du Maritime Analysis Operation Center - Narcotics (MAOC-N).

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française