Défense
La marine italienne prend livraison de sa première FREMM

Actualité

La marine italienne prend livraison de sa première FREMM

Défense

Le Carlo Bergamini, tête de série du programme FREMM (frégates multi-missions) en Italie, a été livré le 29 mai à la Marina militare. La cérémonie s’est déroulée au chantier Fincantieri de Muggiano, près de La Spezia, où le bâtiment a été achevé après son lancement, le 16 juillet 2011, sur le site Fincantieri de Riva Trigoso. Long de 139 mètres pour une largeur de 19.4 mètres, le Carlo Bergamini présente un déplacement de 5980 tonnes en charge. Capable d’atteindre la vitesse de 27 nœuds, il est armé par 145 marins et peut accueillir 20 personnes supplémentaires. Alors que la seconde frégate de ce type, le Virginio Fasan, mise à flot en mars 2012, termine actuellement ses essais, l’Italie prévoit de se doter de 10 FREMM dans le cadre d’un programme en coopération avec la France, qui doit réaliser pour sa part de 8 à 11 frégates.

 

 

L'Aquitaine, première FREMM française (© MARINE NATIONALE)

L'Aquitaine, première FREMM française (© MARINE NATIONALE)

 

 

Coopération réduite avec la France

 

 

Contrairement à Horizon, précédent programme naval franco-italien, FREMM, qui a fait l’objet d’un accord entre Paris et Rome en 2004, n’a pas abouti à la construction, par les deux pays, de bâtiments identiques. Les frégates sont même totalement différentes, la coopération s’étant finalement résumée à l’achat commun de gros équipements, par exemple au niveau de la propulsion et de l'armement. En Italie, le programme est porté par Orizzonte Sistemi Navali, filiale de Fincantieri (51%) et Finmeccanica (49%), alors que DCNS gère indépendamment les frégates de la Marine nationale. Si les Français ont développé un bâtiment totalement nouveau, les FREMM italiennes sont, en fait, une version compacte des Horizon, dont elles reprennent notamment le système de combat, ainsi que le radar multifonctions EMPAR, juché en haut d’un imposant mât. Arborant un design massif et très guerrier, la frégate italienne se décline en deux versions.

 

 

Le Carlo Bergamini et le Virginio Fasan (© OSN)

Le Carlo Bergamini et le Virginio Fasan (© OSN)

 

 

Deux versions pour la Marina militare

 

 

L’une d’elle est conçue pour la lutte anti-sous-marine, avec un sonar remorqué, quatre missiles ASM Milas et des tubes pour torpilles MU90, auxquels s’ajoutent seize missiles surface-air Aster 15, deux tourelles de 76 mm, deux canons de 25 mm et quatre missiles antinavire Otomat Mk2. Le Virginio Fasan est le premier bâtiment de ce type. L’autre variante de la FREMM italienne, dont le Carlo Bergamini est le premier exemplaire, est optimisée pour l'action vers la terre. Le 76 mm de l’avant est remplacé par une pièce de 127mm, alors que des Otomat se substituent aux Milas, portant la dotation en missiles antinavire à huit armes. La FREMM polyvalente est aussi dotée, en lieu et place du sonar remorqué, d’un système de mise à l’eau pour embarcations rapides. En matière de capacités aéronautiques, les bâtiments disposent tous de deux hangars pour des hélicoptères NH90, l’un des locaux étant plus grand pour permettre des opérations de maintenance en mer. Grâce au nouvel NH90, équipé dans la marine italienne d’un sonar trempé FLASH et de torpilles MU90, mais aussi de missiles Marte Mk2, les bâtiments voient leurs capacités renforcées en termes de lutte ASM et antinavire. A terme, des drones aériens devraient, par ailleurs, être mis en œuvre en plus des hélicoptères.

 

 

Le Carlo Bergamini avant sa mise à flot, en 2011 (© FINCANTIERI)

Le Carlo Bergamini avant sa mise à flot, en 2011 (© FINCANTIERI)

 

 

Six bâtiments commandés, quatre en suspens

 

 

Pour le moment, six des dix FREMM italiennes ont été commandées, soit deux en 2006 et quatre en 2008, deux en version polyvalente et quatre en version ASM (le Virginio Fasan et les trois frégates suivantes, dont les Carlo Margottini et Luigi Rizzo, actuellement en construction pour une livraison en 2015).  Les 7ème et 8ème FREMM doivent être notifiées cette année et les deux dernières en 2015 mais la construction de ces quatre bâtiments demeure soumise aux restrictions budgétaires imposées aux armées italiennes. Normalement, la partie italienne du programme FREMM doit s’achever en 2021 avec la mise en service de la dixième et dernière unité. Pour mémoire, ces bâtiments doivent remplacer les frégates du type Maestrale et Artigliere. Ils sont également proposés par Orizzonte Sistemi Navali à l'export, où ils se retrouvent d'ailleurs en concurrence avec les FREMM françaises.

 

 

Le Carlo Bergamini lors de ses essais (© OSN)

Le Carlo Bergamini lors de ses essais (© OSN)

 

marine italienne Fincantieri