Défense
La Marine nationale à flux tendu

Actualité

La Marine nationale à flux tendu

Défense

Tout le monde sur le pont! Avec l'opération en Libye, la flotte française bat un record d'activité. La Marine nationale déploie actuellement une cinquantaine de bâtiments et 7000 hommes et femmes sur toutes les mers du monde. Un tiers du personnel navigant est en activité permanente depuis au moins quatre mois. Les projecteurs sont braqués sur la Libye, où la France intervient dans le cadre de la résolution 1973 de l'Onu. Notre pays continue à réaliser 20% des raids aériens effectués par la coalition et 30% des sorties d'attaque au sol. Le porte-avions Charles de Gaulle et ses 2.000 hommes et femmes travaillent en bande. Pas moins de trois frégates sont déployées à ses côtés, ainsi qu'un sous-marin d'attaque (SNA) et un pétrolier-ravitailleur qui permet au groupe aéronaval de durer à la mer.

La Marne ravitaillant le Charles de Gaulle  (© : EMA)
La Marne ravitaillant le Charles de Gaulle (© : EMA)

Un soutien logistique phénoménal nécessaire

Tout cela demande un soutien logistique phénoménal. «Les bateaux naviguent plus, s'usent plus. Il faut donc plus d'entretien, plus de pièces de rechange. On consomme plus de carburant, plus de vivres», explique-t-on rue Royale. Sur la Libye, on note encore une consommation exceptionnelle de munitions, celles tirées des Rafale et des Super Étendard Modernisés (SEM) catapultés du porte-avions à raison de 30 sorties par jour! Les marins font usage de leurs armes et tirent même au bon vieux canon de 100mm. Du jamais vu depuis près de trente ans au Liban! La frégate Courbet a, ainsi, montré près de Misrata son savoir-faire pour tirer sur la terre. La Marine, c'est bien l'armée de mer.

Tigre et Puma sur un BPC  (© : EMA)
Tigre et Puma sur un BPC (© : EMA)

Nouveau tournant en Libye

Le bâtiment de projection et de commandement Tonnerre est aussi sur zone, lâchant ses hélicoptères de combat Tigre et Gazelle sur les hommes de Kadhafi. La France vient de prendre un nouveau tournant et la pression militaire s'accentuer un peu plus contre le régime de Tripoli. Certes, la France travaille avec la coalition. Mais elle est la seule à pouvoir le faire à partir d'un porte-avions. Le Charles de Gaulle, tant décrié, fait le job, sans problème, à un rythme effréné. «De quoi rendre les Anglais verts de rage!», commente un marin. Le porte-avions peut tenir. Combien de temps? C'est toute la difficulté. On ne sait pas si cela va durer des jours ou des mois. Une règle cependant: au bout de quatre mois, le Parlement doit se prononcer sur la poursuite ou non des opérations extérieures. La mission a commencé le 19mars... Ajoutez quatre mois. Cela nous amène au 19juillet. Durer. Il faut certes penser aux matériels, mais aux hommes aussi. De la haute voltige.

SEM sur le Charles de Gaulle  (© : EMA)
SEM sur le Charles de Gaulle (© : EMA)

Les marins du porte-avions avaient déjà fait quatre mois de mer dans le cadre de la mission antiterrorisme Agapanthe. Trois semaines à quai, à Toulon, et on les a vus repartir vers la Libye. Depuis deux mois, pilotes, marins, soutiens travaillent nuit et jour. Durer jusqu'à l'été ne pose pas de problèmes. Mais après, ce sera plus compliqué. Les frégates, elles, peuvent être relevées. Mais le grand Charles est seul. «Ce n'est pas un secret. L'idéal, c'est cent à cent cinquante jours de mer par an pour un bâtiment. Au-delà, c'est plus difficile», explique-t-on rue Royale. Il y a des problèmes d'entretien. Et pour les avions aussi. C'est pourquoi Rafale et SEM sont bichonnés à bord du porte-avions en permanence. Une prouesse... La Libye fait la Une de l'actualité. Mais on n'y trouve qu'une partie des troupes engagées. La Marine fait moins de bruit avec ses sous-marins. Par définition, c'est la discrétion; on ne sait jamais où ils sont. Tous comme les commandos marine.

Lutte contre la piraterie  (© : MARINE NATIONALE)
Lutte contre la piraterie (© : MARINE NATIONALE)

Piraterie, terrorisme...

La Marine est présente au large de l'Afrique, dans le Golfe de Guinée, dans le cadre de l'opération Corymbe. Dans l'océan Indien, sept bâtiments et près de 2.000 hommes sont engagés dans la lutte contre la piraterie et le terrorisme dans le cadre de l'opération Atalanta. Dix à 15 navires sont à la mer en Méditerranée pour des missions de surveillance et de renseignement. En Atlantique, plus de 20 bâtiments, patrouilleurs, transports de chalands de débarquement (TCD), frégates, contribuent à la sûreté des approches, à la surveillance des pêches, au sauvetage. Aux Antilles, on passe à la chasse aux narcotrafics. Dans l'océan Pacifique, des navires français sont aussi aux aguets. Missions civiles, armée de mer: la marine est plongée dans des missions tous azimuts. À flux tendu. Pour les matériels et les hommes.

Catherine Magueur, Le Télégramme

Un Dauphin SP lors d'une mission de sauvetage (© : MARINE NATIONALE)
Un Dauphin SP lors d'une mission de sauvetage (© : MARINE NATIONALE)

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française