Disp POPIN non abonne!
Défense
ABONNÉS

Actualité

La Marine nationale intéressée pour louer des H160

Défense

Avant l’arrivée des nouveaux HIL, qui seront développés sur la base du nouvel hélicoptère d’Airbus, la Marine nationale est intéressée pour louer des H160 et devenir ainsi l’une des premières utilisatrices de cette machine, dont la mise en service de la version civile est prévue en 2019.

Cette location fait l’objet de discussions dans le cadre de l’appel d’offres portant sur la « « flotte intérimaire », qui va permettre à l’aéronautique navale française de retirer du service ses antiques Alouette III (celles de la série 319, dont une quinzaine est encore en parc) et faire la soudure en attendant l’arrivée des futurs HIL Marine après 2025.

Solution temporaire actée par la nouvelle loi de programmation militaire, le marché pour la flotte intérimaire, que la marine souhaite voir mise en place en 2020, portera sur la location auprès d’un opérateur privé d’une quinzaine d’hélicoptères. Il s’agira pour l’essentiel de machines de la famille Dauphin, qui auront vocation à opérer depuis les bases terrestres ou les bâtiments de la Marine nationale. Mais il pourrait donc y avoir dans ce parc quelques H160. « C’est une option très intéressante car elle nous permettrait de tester et prendre en main cette toute nouvelle machine avant l’arrivée des HIL », explique un officier. Selon nos informations, l’idée est de louer quatre H160, qui seraient employés depuis le littoral pour des missions de recherche et de sauvetage au large des côtes françaises, sachant que la marine opère des plots SAR en Atlantique, Manche et Méditerranée. Les H160, qui disposent d’une bonne allonge, permettraient notamment d’économiser le potentiel des Caïman Marine (NH90) actuellement mobilisés pour ces missions et qui pourraient se consacrer aux opérations plus sensibles (lutte anti-sous-marine et anti-surface, transport opérationnel...)

Pour mémoire, le programme des hélicoptères interarmées légers (HIL) porte sur l’acquisition de 169 appareils, soit 80 pour l’armée de Terre, 49 pour la Marine nationale et 40 pour l’armée de l’Air. Les premières commandes sont attendues par Airbus Helicopters en 2022 en vue d’une livraison à partir de 2025.

 

Prototype du H160 sur le site Airbus Helicopters de Marignane (

Prototype du H160 sur le site Airbus Helicopters de Marignane (©  MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Alors que le H160 dispose nativement d’une structure renforcée pour un emploi maritime, en particulier la desserte des plateformes offshore, la version navale du HIL sera notamment équipée d’un train renforcé et d’un harpon pour la mise en œuvre depuis les frégates françaises. Le HIL Marine sera également équipé d’un radar de surveillance maritime et pourra embarquer le nouveau missile antinavire léger (ANL).

Il permettra de remplacer, au sein de l’aéronautique navale, non seulement les vieilles Alouette III de l’escadrille 22 S (*), mais aussi, à terme, les 16 Panther, 3 Dauphin Pedro et 8 Dauphin dit de « service public » dont disposent actuellement les flottilles 35F et 36F.

(*) les 7 Alouette III de la série 316 sont remplacée dès cette année par la location temporaire (pour le moment jusqu’au 31 décembre 2023) de quatre H155 Dauphin auprès de la société NHV France. Ces appareils, destinés à la formation des pilotes de la Marine nationale, font partie d’un marché distinct de l’appel d’offres pour la flotte intérimaire.

 

Marine nationale Airbus Helicopters