Défense
La Marine nationale à l’heure de la L22
ABONNÉS

Focus

La Marine nationale à l’heure de la L22

Défense

Appelée à succéder à la vénérable L11 d’ici 2025, la nouvelle liaison de données tactique développée au sein de l’OTAN devient réalité et la Marine nationale est en pointe dans ce domaine. Admise au service actif début juin, sa sixième frégate multi-missions (FREMM), la Normandie, est le premier bâtiment français et l’un des premiers européens à avoir validé en conditions opérationnelles la L22, lors de son déploiement de longue durée qui s’est déroulé plus tôt dans l’année. 

 

La FREMM Normandie (© MICHEL FLOCH)

La FREMM Normandie (© MICHEL FLOCH)

 

Une liaison hertzienne complémentaire du satellite

La L22 est une liaison de données de nouvelle génération qui permet aux systèmes de combat des unités d’une force navale ou interarmées de dialoguer entre elles pour partager des informations et enrichir une situation tactique. Cela, dans un cadre pouvant être maritime, aéromaritime, aéroterrestre et international, avec de multiples acteurs et un travail en réseau nécessitant des moyens d’échange très souples et rapides. Comme ses aînées (L11 et L16), la L22 fonctionne grâce aux ondes hertziennes, la radio étant complémentaire du satellite qui n’est pas toujours disponible, ou peut poser dans certains cas des problèmes de sécurisation des échanges, voire être neutralisé en cas de conflit. Le spectre de fréquences (225 à 400 MHz pour l’UHF et 2 à 30 MHz pour la HF) et les formes d’ondes employés par la L22 permettent d’augmenter le débit et la portée par rapport à la L11 et d’obtenir une liaison  « Beyond Line of Sight (BLOS) » sans nécessairement  disposer de relais radio ou de moyens aériens. La L22 peut également utiliser l’UHF en évasion de fréquence.

Remplacer la L11 qui date de la guerre du Vietnam

Historiquement, le concept des liaisons de données tactiques est né dans les années 60 avec la guerre de Vietnam, les Américains voulant établir un lien constant entre leurs centres de commandement (à terre ou en mer) et les avions chargés des missions de reconnaissance et de bombardement. C’est à cette époque que la L11 voit le jour. Fonctionnant en HF et UHF sur des formes d’ondes de faibles débits, elle permet uniquement l’échange de datas. « C’est un lien directif, un système simple avec peu de participants, on « parle » quand on doit parler, dans un temps donné et chacun son tour. C’est un système assez sommaire mais très robuste et éprouvé puisqu’il est encore employé aujourd’hui. Toutefois, s’il faisait l’affaire à l’époque, il est maintenant dépassé », explique à Mer et Marine un ingénieur de Naval Group spécialisé dans les liaisons de données tactiques. Vieillissante, la L11, qui s’est développée dans la marine française au cours des années 70/80 (à l’époque où les bâtiments utilisaient des calculateurs UNIVAC développés pour le programme spatial américain Apollo !), doit donc être remplacée. Car son système de chiffrement n’est plus suffisamment sécurisé. Et, surtout, elle ne répond plus aux besoins opérationnels des forces armées et aux évolutions technologiques dont elles bénéficient grâce à la numérisation des systèmes et la digitalisation du champ de bataille. Celui-ci se caractérise par un travail en réseau où les échanges en temps réel sont un aspect crucial,  alors que le nombre toujours plus importants d’acteurs va encore se renforcer avec le développement des drones.

La L16, une étape intermédiaire mais limitée

Alors que la L11 est un système essentiellement américain, qui a ensuite été progressivement adopté par d’autres nations, une autre liaison tactique, la L16, est apparue dans les années 80. Fonctionnant uniquement en UHF, elle a été initialement développée aux Etats-Unis mais fut dès l’origine mise à disposition des pays alliés au sein de l’OTAN. En France, la L16 est arrivée avec le porte-avions Charles de Gaulle et le Rafale, mis en service au tout début des années 2000. « La L16 a permis de monter d’un cran avec une première approche de travail multi-réseau ce qui a

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française Naval Group | Actualité industrie navale de défense