Défense
La Marine nationale parée à recevoir la torpille MU 90

Actualité

La Marine nationale parée à recevoir la torpille MU 90

Défense

La nouvelle torpille légère MU 90 devrait entrer en service à la fin du premier semestre de cette année. L'engin franco-italien est destiné à remplacer les torpilles L5, sur les navires de surface, et les Mk 46 sur les hélicoptères embarqués et les avions de patrouille maritime. D'une longueur de 2.96 mètres pour un poids de 295 kilos, la MU 90 peut atteindre des sous-marins à plus de 800 mètres de profondeur. Capable de toucher une cible à une quinzaine de kilomètres, la nouvelle torpille dépasse la vitesse de 45 noeuds. La mise en service de cette arme a pris un an de retard, suite à la demande des marines française et italienne de voir réalisée une nouvelle série de tirs de qualification.
Afin de mettre en oeuvre la MU 90, notamment sur navires de surface, d'importants travaux sont nécessaires.

Quatre frégates anti-sous-marines partiellement équipées


Entrée en cale sèche le 9 octobre à Toulon, la frégate anti-sous-marine Montcalm doit achever son grand carénage aujourd'hui. Le D 642 est le premier bâtiment français à être doté des installations aviation spécifiques aux nouvelles torpilles légères. Chaque frégate dispose de deux soutes à torpilles, l'une à l'avant pour les engins tirés depuis le bord, et l'autre à l'arrière pour les hélicoptères. Jusqu'ici, les frégates du type Georges Leygues étaient dotées de torpilles L5, d'un calibre de 533 mm et d'un poids de 1300 kilos. Le système de lancement par berceau propulsé a été remplacé sur les Latouche Tréville, Primauguet et La Motte-Picquet par des tubes conçus pour les MU 90, dont le calibre n'est que de 324 mm. Les torpilles n'étant pas encore disponibles au moment de l'adaptation, ces navires ont gardé leurs installations aviation existantes, de manière à conserver une capacité de frappe avec les Mk 46 de leurs hélicoptères Lynx. A l'inverse, le Montcalm conserve pour le moment ses berceaux pour L5. A la mise en service de la MU 90, l'ensemble des installations sera modernisé. Le Jean de Vienne, qui doit entrer en Indisponibilité Périodique pour Entretien et Réparations (IPER) en septembre, recevra les deux capacités, bord et avia. Les frégates antiaériennes Forbin et Chevalier Paul, en achèvement à Lorient, en sont dès l'origine équipées.

Intégration progressive sur les aéronefs

Armement de nouvelle génération, la MU 90 équipera l'hélicoptère NH 90. La première flottille devrait être opérationnelle en 2009 au sein de l'aéronavale. L'appareil, qui pourra embarquer deux engins, disposera d'un module de commande totalement intégré, avec une console multifonctions. En attendant l'arrivée de ces appareils, les Lynx actuellement en service disposeront d'un système semi-automatique, dans lequel certaines données devront être entrées manuellement. Il en sera de même pour les avions de patrouille maritime Atlantique 2. Ces derniers pourront emporter 8 torpilles contre 2 pour les Lynx. Destiné aux aéronefs, l'Airborne Torpedo System (ATS) a déjà été installé sur plusieurs Atlantique 2 puis le sera sur les Lynx. Les frégates ayant reçu de nouvelles installations pour la mise en oeuvre des MU 90 ont, quant à elles, été équipées du Ship Torpedo System (STS). Plusieurs navires italiens ont également été mis à niveau, de même qu'une partie des hélicoptères EH-101 de la Marina Militare.
Déjà commandée à plus de 1000 exemplaires, notamment par la France, l'Italie, l'Australie et l'Allemagne, la MU 90, conçue par DCNS, Thales et WASS, est produite en France et en Italie et commercialisée par Eurotorp.
____________________________________________

- Voir la fiche technique des frégates anti-sous-marines françaises

- Voir la fiche technique des frégates Forbin et Chevalier Paul

Naval Group | Actualité industrie navale de défense