Défense
La Marine nationale perdra 6000 postes d'ici 2015

Actualité

La Marine nationale perdra 6000 postes d'ici 2015

Défense

François Fillon a présenté, le 24 juillet, le plan de restructuration de la Défense. Hors Gendarmerie, le ministère perdra 83 implantations, alors que 54.000 postes seront supprimés. Pour ce qui concerne la Marine nationale, son effectif total est aujourd'hui présenté à 53.800 personnels, dont 2650 marins pompiers et environ un millier de gendarmes maritimes. La déflation touchera les effectifs purement « marine », c'est-à-dire quelques 50.000 personnes (18% de civils). D'ici 2015, 6000 postes seront supprimés, ce qui portera l'« équipage » de la flotte française à 44.000 personnels, dont 7000 civils. Entre 2009 et 20011, l'institution devrait donc enregistrer quelques 900 départs par an, chiffre qui sera ajusté sur les années suivantes. Cela ne signifie toutefois pas que la marine va cesser de recruter. « Ca ne veut pas dire que nous n'embauchons plus. Il y a toujours un renouvellement important et un fort besoin de jeunes », explique-t-on à l'état-major. La Marine nationale devrait donc continuer à recruter environ 3000 personnes par an.

Nîmes, Dugny et Toussus-le-Noble fermés

En matière d'implantations, une seule grosse base sera supprimée. Il s'agit de la base d'aéronautique navale de Nîmes - Garons. La BAN abrite actuellement la flottille 21F, équipée de 8 avions de patrouille maritime Atlantique 2, et la 28F, dotée de 10 Nord 262 et 5 Xingu. L'effectif total de Nîmes est de 1400 personnes, dont 200 civils. Les activités de la marine sur ce pôle seront transférées, d'ici 2011, vers la base de Lann Bihoué (Lorient). Le site doit ensuite devenir une base de défense spécialisée dans la logistique et oeuvrant au profit de l'armée de Terre.
Deux autres sites de l'aéronautique navale seront fermés entre 2011 et 2012. Il s'agit des établissements de Dugny, près du Bourget, et de Toussus-le-Noble, dans les Yvelines. Le premier, servant d'escale, comprend 200 personnels, dont 94 marins. Le deuxième site, oeuvrant initialement pour le soutien des Atlantic, avait été reconverti en site d'hébergement et de soutien logistique. 80 personnes y sont affectées.

La Rue Royale et la Pépinière déménageront à Balard

Les marins vont aussi faire leurs cartons dans deux autres sites parisiens. Rue Royale, l'Hôtel de la Marine, abritant l'état-major de la flotte française depuis deux siècles, sera abandonné en 2013. L'EMM sera transféré au nouvel état-major interarmées, qui doit être construit à Balard et qui accueillera les différents services centraux du ministère, ainsi que l'Etat-major des Armées et les actuels états-majors de l'armée de Terre et de l'armée de l'Air. Alors que l'avenir de la « Rue Royale » reste incertain après le départ de la marine, cette dernière libèrera également la « Pépinière », implantée dans le 8ème arrondissement et accueillant notamment les services de la réserve et du recrutement.

Marine nationale