Défense
La Marine nationale toujours « short petrol »

Actualité

La Marine nationale toujours « short petrol »

Défense

Depuis notre article du 4 juillet dernier, où nous vous révélions que la Marine nationale connaissait de gros problèmes de combustible, la situation ne semble pas s’être améliorée. Subissant le contrecoup de la hausse du prix du pétrole et le manque d’anticipation des budgets associés au poste carburant, l’état des réserves de la flotte serait toujours aussi critique, le niveau du stock de crise ayant même atteint, selon certaines sources, la zone rouge. Conséquence directe de cette situation, les navires, très sollicités cette année, risqueraient bien de voir leur activité sérieusement réduite dans les prochains mois, les entraînements et le moral des équipages faisant les frais de la pénurie de gasoil. En 2005 déjà, les crédits alloués n'avaient pu couvrir qu'entre 60 et 70% des besoins opérationnels. Cette année, la réduction des sorties en mer a empêché les bâtiments de la marine de remplir les objectifs de la loi de programmation militaire, soit 110 jours de mer par an. Si aucune rallonge budgétaire conséquente n’intervient rapidement, les problèmes devraient même se poursuivre l’année prochaine. En effet, si le projet de loi de finances 2007 constitue un léger mieux sur la question du combustible, cette hausse du poste resterait, aux dires de spécialistes, insuffisante pour reconstituer les réserves stratégiques.

450 M€ en 2007 pour les dépenses courantes

Alors que le plein d'une simple frégate du type La Fayette atteint près de 400.000 euros, les crédits alloués l'année prochaine aux dépenses de fonctionnement courantes, qui comprennent le carburant, n'atteignent que 450 M€. De même, si le ministère de la Défense consent à anticiper une dépense de 375 millions d’euros pour les opérations extérieures, cette somme ne correspond, environ, qu’à la moitié des dépenses moyennes réalisées chaque année par les armées pour les « opex ». Ironie du sort, c'est au moment où la flotte réduit la voilure qu'elle bénéficie à plein de la nouvelle politique d'entretien de ses unités. Après avoir atteint le taux de disponibilité record de 70% cette année (contre 64% en 2004), l'amélioration du maintient en condition opérationnelle (MCO) devrait porter ce chiffre à 72% en 2007.

Marine nationale