Disp POPIN non abonne!
Défense

Actualité

La marine russe conserve un dernier SNLE du type Typhoon

Défense

Alors que Moscou a entrepris de remettre en état un certain nombre de sous-marins retirés du service, probablement pour compenser la lenteur des programmes de constructions neuves, les derniers Typhoon, à l’exception pour le moment du Dimitriy Donskoy, vont bien être désarmés. Ou du moins cesser définitivement leur vie de SNLE. Dans la cadre de l’entrée en vigueur des derniers accords américano-russes de désarmement START, le chantier Zvezdochka de Severodvinsk a indiqué à l’agence TASS qu’il allait procéder au désarmement du système d’armes de l’Arkhangelsk. Les 20 silos qui abritaient autrefois des missiles balistiques SS-N-20 vont être scellés. Une mesure en fait symbolique puisque le bâtiment, tout comme le Severstal, n'est plus opérationnel depuis des années. Seul le Dimitriy Donskoy est aujourd’hui en état de naviguer. Ultime survivant d’une série qui a compté six unités, il a été modernisé en 2004 pour pouvoir mettre en œuvre le nouveau SS-N-32 Bulava, dont il a réalisé les essais au profit des nouveaux SNLE du type Borei.

Les plus gros sous-marins du monde

Pour mémoire, les Typhoon sont les plus grands sous-marins construits jusqu’ici. Longs de 172.8 mètres pour une largeur de 23.3 mètres, ces mastodontes affichant plus de 26.000 tonnes en plongée ont été construits à six exemplaires (mises en service entre 1980 et 1989), un septième étant démantelé sur cale après l’effondrement de l’URSS. Les trois premiers, désarmés entre 1996 et 1998, ont été démolis à Severodvinsk.

 

SNLE du type Typhoon (© WIKIPEDIA)

SNLE du type Typhoon (© WIKIPEDIA)

 

Démantèlement ou transformation ? 

Concernant les trois derniers, ils devaient recevoir de nouveaux missiles balistiques (SS-N-28) mais ce projet a été abandonné. Alors que le Dimitriy Donskoy était modernisé pour expérimenter le Bulava, ses deux sisterships, lorsque le SS-N-20 est arrivé en fin de vie, ont été mis en réserve, en 2004 pour l’Arkhangelsk et en 2006 pour le Severstal. Cela fait donc des années que ces SNLE ne sont plus opérationnels mais la flotte russe imaginait, à l’instar de ce que l’US Navy avait fait pour quatre anciens SNLE du type Ohio, de les convertir pour la mise en œuvre de missiles de croisière et de forces spéciales. Un projet gelé en 2012. Selon TASS, les Arkhangelsk et Severstal sont destinés à être déconstruits mais les chantiers Zvezdochka précisent qu’aucune procédure en ce sens n’a été à ce jour lancée.

Il convient de plus d’être prudent quant au devenir des sous-marins russes compte tenu des remises en état décidées par l’état-major. Ainsi, l’ancien SNLE Vladimir (1986) du type Delta IV, promis à la démolition, est finalement en cours de refonte et devrait, sous le nom de Podmoskove, reprendre du service comme « sous-marin d’expérimentation ». Une fonction qui pourrait en fait cacher une transformation en unité pour commandos, à l’image de l’Orenburg (1981), ex-SNLE de la classe Delta III modifié au milieu des années 90 pour pouvoir mettre en œuvre (en lieu et place de la tranche missiles) les sous-marins de 53 mètres du type Paltus.

 

SNLE du type Borei (© SEVMACH)

SNLE du type Borei (© SEVMACH)

 

11 SNLE en flotte et remise en état de vieux sous-marins d'attaque

A ce jour, la Russie aligne, en plus du Dimitriy Donskoy, 11 SNLE, soit deux du type Borei (un troisième doit être prochainement opérationnel), six Delta IV et trois Delta III.

Du côté des sous-marins nucléaires d’attaque, certaines unités retirées du service sont aussi remises en état, l’image d’un Akula et d’Un Sierra I, la flotte de SNA devant ainsi revenir à 26 unités. Quant aux sous-marins d’attaque à propulsion diesel, l’heure est à la modernisation des Kilo les plus anciens et la construction de nouvelles unités, la nouvelle génération constituée par les Lada ayant rencontré manifestement des difficultés techniques majeures. 

Marine russe