Défense
La marine se prépare à accueillir deux nouveaux Dauphin pour la Polynésie

Actualité

La marine se prépare à accueillir deux nouveaux Dauphin pour la Polynésie

Défense

Arborant une livrée « Pacifique », avec partie supérieure blanche et ventre gris foncé, le premier des deux nouveaux hélicoptères Dauphin destinés à la Polynésie française achève actuellement sa période d'essais en vol dans le sud de la France. Flambant neuf, l'appareil, produit par Eurocopter, est du type AS365 N3+. Il se distingue des Dauphin de Service Public dont dispose l'aéronautique navale (*) par une avionique plus moderne, une motorisation optimisée et un pilote automatique numérique de dernière génération. La commande de ces deux machines, qui débuteront leur activité sur la base tahitienne de Faa'a à l'été 2011 et au printemps 2012, est intervenue dans le cadre de la réorganisation des forces de souveraineté issue du Livre Blanc sur la Défense et la sécurité intérieure de 2008. Le financement du programme fait l'objet d'un achat groupé interministériel entre la Défense, les Finances, l'Intérieur et l'Outre mer (rattaché à l'Intérieur depuis la signature du contrat de vente).

Le nouveau Dauphin N3 (© : EUROCOPTER)
Le nouveau Dauphin N3 (© : EUROCOPTER)

Des missions très variées

Armés par la flottille 35F, les nouveaux moyens aériens vont remplacer les hélicoptères Puma et Fennec actuellement basés à Tahiti. Confiées par l'état-major interarmées et le Haut-commissaire de la République, les missions des Dauphin seront très variées. Ils seront, en effet, amenés à soutenir les différents volets de l'action de l'Etat en mer, dont le secours maritime, mais aussi des missions de sauvetage et d'évacuation médicale à terre, y compris en montagne. Pouvant être amenés à participer à des opérations humanitaires, ainsi qu'au repérage de feux de forêt, ils pourront aussi servir à la lutte contre les trafics illicites et au transport de forces. « Ce projet trouve en partie ses origines dans le besoin de remplacer le Puma et le Fennec basés à Tahiti. Le choix s'est porté sur un hélicoptère de taille moyenne, polyvalent mais parfaitement adapté à l'immense façade maritime équivalente à la taille du continent européen. Avec deux appareils du même type, la permanence sera assurée sans discontinuité même lors des périodes d'entretien », explique la Marine nationale.

Le nouveau Dauphin N3 (© : EUROCOPTER)
Le nouveau Dauphin N3 (© : EUROCOPTER)

Prise d'alerte à compter d'octobre

Afin d'optimiser les coûts, ces appareils, qui n'ont pas vocation à embarquer sur les navires de la Marine nationale, verront une partie de leur entretien confiée à une entreprise privée. L'autre partie de la maintenance, ainsi que les opérations, seront assurées par une équipe réduite de seulement 18 militaires. Ce détachement comprendra 6 pilotes, 3 treuillistes, 3 plongeurs et 6 techniciens. L'alerte sera tenue 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24.
Alors que le premier Dauphin termine ses essais en vol, la formation des équipages et des techniciens commence à Marignane, chez Eurocopter. Le deuxième hélicoptère est actuellement sur les chaînes de montage. Le détachement de la 35F sera créé à Faa'a en juillet prochain pour une prise d'alerte progressive à compter d'octobre. La pleine capacité du détachement est attendue en juin 2012 avec l'arrivée dans l'archipel polynésien de la seconde machine.
____________________________________________________

(*) Pour mémoire, la flottille 35 F arme 9 Dauphin, soit 6 Dauphin SP intervenant le long du littoral pour le secours en mer et 3 Dauphin Pedro embarqués sur le porte-avions pour veiller sur les manoeuvres aériennes. La première machine est entrée en service en 1989. De plus, afin de compenser le retrait des Super Frelon de la façade méditerranée, 2 Dauphin N3 sont loués depuis 2009 à la société belge Noordzee Helikopters Vlaanderen (NHV).

Le nouveau Dauphin N3 (© : EUROCOPTER)
Le nouveau Dauphin N3 (© : EUROCOPTER)

Aéronavale