Vie Portuaire
La mise en régie du Verdon annulée par la justice

Actualité

La mise en régie du Verdon annulée par la justice

Vie Portuaire

Nouveau rebondissement dans l'affaire du terminal du Verdon. Le tribunal administratif de Bordeaux vient d'annuler la procédure par laquelle le Grand Port Maritime de Bordeaux attribuait, via un contrat de mise en régie, l'exploitation du terminal conteneurs à la Société de Manutention Portuaire d'Aquitaine. Le juge a statué suite à un référé de Sea Invest, opérateur notamment des terminaux de Bassens, qui soulevait des potentielles irrégularités.

Pour mémoire, le Conseil de surveillance du Grand Port Maritime de Bordeaux a décidé de la mise en régie du terminal du Verdon le 21 septembre dernier. Cette décision avait été prise après que, suite à la dénonciation, fin mai, Europorte (filiale d'Eurotunnel), qui avait remporté en 2013 l'appel d'offres visant à une exploitation modernisée du terminal du Verdon, a dénoncé la convention d'exploitation qui le lie au port et le contrat de manutention conclu avec SMPA.

Le terminal du Verdon, situé à l'entrée de la Gironde, n'a plus d'activité depuis plus de trois ans. Le projet stratégique du GPM de Bordeaux l'a placé au centre d'un plan de renforcement du trafic conteneurs, actuellement concentré à Bassens. Europorte a, dans un premier temps, annoncé des investissements, notamment dans du matériel ferroviaire. SMPA a, quant à elle, investi 10 millions d'euros dans des équipements de manutention et la formation des dockers. Mais depuis quelques mois, la concrétisation du projet - c'est-à-dire l'ouverture du terminal - ne cesse d'être reportée. Annoncée initialement à l'automne 2015, puis en janvier 2016, celle-ci n'a donc jamais eu lieu, au grand dam des élus et acteurs économiques locaux. Un médiateur, nommé par le gouvernement, a échoué dans sa tentative de concilier les parties et de trouver  une issue à cette situation, qui semble en grande partie liée à l'évolution des perspectives économiques du terminal. C'est donc la raison pour laquelle le GPMB avait opté pour la régie et espérait une remise en service début 2017.

« SEA-invest Bordeaux ne sera pas un facteur de blocage dans l’édification d‘un projet industriel solide du terminal du Verdon », précise la compagnie filiale du groupe belge Sea Invest. « Au contraire, notre société souhaite apporter au projet son expertise d’opérateur international de terminaux et rappelle qu’elle est un acteur historique du site portuaire de Bordeaux, site à l’intérieur duquel elle a lourdement investi au cours de ces dernières années ». Selon toute vraisemlance, c'est le GPMB en direct qui pourrait reprendre l'exploitation du Verdon en 2017.

 

 

 

Port de Bordeaux | Toute l'actualité de la capitainerie