Défense
La mission Corymbe en Afrique de l’ouest suspendue
ABONNÉS

Actualité

La mission Corymbe en Afrique de l’ouest suspendue

Défense

Comme nous l’écrivions le 23 mars, face à l’épidémie de coronavirus, la Marine nationale se recentre sur ses missions prioritaires, et doit pour cela en suspendre certaines le temps de la crise. C’est le cas en Afrique de l’ouest de Corymbe, au travers de laquelle la flotte française assurait depuis 30 ans une présence navale permanente dans le golfe de Guinée. Pour la première fois depuis son lancement, cette mission est suspendue. Dernier bâtiment mobilisé en Corymbe, le patrouilleur de haute mer Lieutenant de Vaisseau Le Hénaff, qui était parti de Brest le 3 mars pour rejoindre l’Afrique de l’ouest, doit rentrer ce jeudi 26 mars à la pointe Bretagne. N’ayant pas une grande autonomie, son transit retour a été ponctué d’escales à Conakry et Dakar. 

Pour mémoire, Corymbe a été mise en place il y a 30 ans et maintenue depuis afin d’apporter un soutien maritime aux forces armées françaises à terre, notamment celles basées au Sénégal, en Côte d’Ivoire et au Gabon. Constituant aussi un puissant levier diplomatique et de coopération avec les marines des pays riverains du golfe de Guinée, les unités participant à cette mission conduisent également des opérations de lutte contre les trafics illicites et la piraterie, tout en offrant d’importantes capacités d’évacuation en cas de troubles dans certains pays, sachant que 400.000 ressortissants européens, dont 80.000 Français, résident dans la région.

Pour l’heure, au-delà de la permanence de la dissuasion nucléaire, les missions prioritaires de la Marine nationale sont la fin du déploiement du groupe aéronaval, qui évolue actuellement en Europe du nord et dont le retour à Toulon devrait intervenir dans un mois. Il y a aussi la mission Jeanne d’Arc, assurée par le porte-hélicoptères amphibie Mistral et de la frégate Guépratte, qui vont être engagés dans l'opération Résilience de lutte contre le coronavirus, en soutien de La Réunion et de Mayotte. Un autre PHA, le Dixmude, va quant à lui partir pour la zone Antilles-Guyane pour les mêmes raisons, le Tonnerre restant quant à lui en métropole, prêt à intervenir de nouveau comme il l'a fait en Corse pour transporter des malades du Covid-19 vers les hôpitaux du continent. La forte disponibilité de ces trois bâtiments très précieux constitue aujourd'hui un véritable atout. 

Autre priorité de la flotte française dans cette période de crise inédite, la posture permanente de sauvegarde maritime (PPSM) pour la surveillance et la protection des approches maritimes françaises. De plus, alors que la France a annoncé hier sa décision de rapatrier ses 200 militaires présents en Irak, l'opération Chammal se poursuit, le suivi de la situation au Proche et au Moyen-orient étant considéré comme stratégique. La Marine nationale va donc maintenir sa présence en Méditerranée orientale, la frégate multi-missions Provence ayant récemment relevé une unité du type La Fayette, le Surcouf. Quant à la frégate de défense aérienne Forbin, elle reste engagée dans l'opération européenne Agenor de sécurité maritime dans le golfe Arabo-persique et le détroit d'Ormuz. 

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs. 

 

Marine Nationale | Toute l’actualité de la marine française Coronavirus (Covid-19)