Défense
La mission Jeanne d'Arc ira jusqu'au Brésil

Actualité

La mission Jeanne d'Arc ira jusqu'au Brésil

Défense

C'est le 5 mars que le bâtiment de projection et de commandement Dixmude, ainsi que la frégate Georges Leygues, appareilleront de Toulon pour la troisième mission Jeanne d'Arc. Après avoir traversé la Méditerranée et transité par le canal de Suez, le groupe gagnera la mer Rouge puis se déploiera en avril au large de la corne d'Afrique, où la piraterie continue de sévir. Le Dixmude et le Georges Leygues gagneront ensuite l'Afrique du sud et feront une escale au Cap au mois de mai. Puis ils traverseront l'Atlantique pour atteindre le Brésil, où ils feront relâche en juin à Rio de Janeiro. Ces deux escales devraient être placées sous le signe de la coopération mais aussi du soutien à l'exportation, l'industrie française cherchant à vendre différents matériels militaires à ces pays (corvettes Gowind à l'Afrique du sud, frégates FREMM au Brésil notamment). La suite de la mission Jeanne d'Arc se déroulera de l'autre côté de l'Atlantique, dans le golfe de Guinée, où la France maintient en permanence des moyens navals. Une escale à Dakar est également prévue. Enfin, à la fin du mois de juillet, le Dixmude et le Georges Leygues gagneront Brest, où les 140 officiers élèves présents à bord du BPC débarqueront.

La mission Jeanne d'Arc 2012 (© : MARINE NATIONALE)
La mission Jeanne d'Arc 2012 (© : MARINE NATIONALE)

La mission Jeanne d'Arc a, en effet, pris la relève des campagnes d'application à la mer de l'ancien bâtiment école de la marine française, désarmé en 2010. Les finances publiques ne permettant pas de construire un successeur au porte-hélicoptères Jeanne d'Arc, une solution a été trouvée avec l'Etat-major des Armées, qui a accepté que l'un des BPC de la Marine nationale effectue chaque année un déploiement de plus de quatre mois dans un contexte opérationnel et interarmées. Ainsi, la formation à la mer des officiers élèves n'est qu'un des volets de la mission, qui vise aussi à déployer outre-mer, notamment dans les régions sensibles comme l'océan Indien, une force amphibie à même d'intervenir en cas de besoin. C'est pourquoi le BPC accueille durant la mission un groupe tactique embarqué et des hélicoptères de l'armée de Terre. Cette année, les moyens de débarquement du Dixmude seront constitués du second engin de débarquement amphibie rapide (EDAR), récemment livré, et de deux chalands de transport de matériel (CTM). Pour mémoire, la première mission Jeanne d'Arc, en 2010, a été effectuée par le Tonnerre et la seconde, l'an dernier, par le Mistral.

Marine nationale