Défense
La  notification du troisième BPC prévue le mois prochain

Actualité

La notification du troisième BPC prévue le mois prochain

Défense

Sollicitée hier par Mer et Marine, la Délégation Générale pour l'Armement confirme que « la commande du troisième BPC est prévue courant avril ». Décidée dans le cadre du plan de relance de l'Economie, ce contrat verra la mise en service, « au premier semestre 2012 », d'un Bâtiment de Projection et de Commandement très voisin des Mistral et Tonnerre, livrés en 2006 et 2007 par DCNS. Longs de 199 mètres pour un déplacement de plus de 21.000 tonnes en charge, les BPC peuvent embarquer quatre chalands de débarquement, 16 hélicoptères, 70 véhicules et 450 hommes de troupe. Les deux premiers navires de la série avaient été réalisés pour moitié à Saint-Nazaire, l'autre partie étant assemblée à Brest à partir de bloc construits en Pologne. DCNS avaient assuré, sur son site brestois, la jonction des deux ensembles puis l'achèvement des navires. Comme pour les deux premiers BPC, le groupe naval de défense assurera la mise au point du système de combat du troisième navire.

« Soutenir l'industrie française »

Pour cette nouvelle commande, le schéma industriel de la construction sera différent de celui retenu pour les Mistral et Tonnerre. Les chantiers STX de Saint-Nazaire mèneront à bien l'ensemble de la construction de la coque. Il s'agit, pour le ministère de la Défense, d'assurer du travail au dernier constructeur civil français, qui fait actuellement face à un gros problème de charge. « Le but du plan de relance est d'aller vite et il est exceptionnel de notifier un contrat en seulement quelques mois. Le 3ème BPC est un besoin opérationnel avéré, identifié dans la Loi de Programmation Militaire, qui est une application du Livre Blanc sur la Défense. Sa commande, comme celle du 4ème navire de la série, était prévu dans la prochaine LPM (livraison après 2015, ndlr) mais pouvait être avancée dans la perspective du plan de relance, dont l'objectif est de lancer des investissements pour soutenir l'industrie française », fait-on valoir à la DGA.

Relancer l'activité en tôlerie

La notification du contrat (qui comporterait une option pour le 4ème BPC) va permettre à STX France de relancer son outil industriel. Si le chantier nazairien travaille actuellement à l'achèvement de deux paquebots et à l'assemblage d'un troisième, faute de nouvelles commandes dans la croisière, l'atelier d'usinage va s'arrêter dans quelques jours. En mars et avril, 737 salariés, soit un quart des effectifs, subiront des mesures de chômage partiel. Le nouveau BPC, destiné à la Marine nationale, permettra donc de relancer l'activité de découpe de tôles puis, à la suite, le travail au prémontage et au montage de blocs. Quasi-sistership des Mistral et Tonnerre, le futur bâtiment ne nécessite que de légères études permettant de mettre les plans initiaux au goût du jour (et d'ajouter quelques modifications). La production doit, par conséquent, pouvoir débuter très rapidement, une fois que le contrat sera signé.

Chantiers de l'Atlantique | Toute l'actualité des chantiers de Saint-Nazaire