Défense
La nouvelle génération d'Exocet réalise avec succès son dernier tir de qualification

Actualité

La nouvelle génération d'Exocet réalise avec succès son dernier tir de qualification

Défense

A une distance de plus de 160 kilomètres, le missile Exocet MM40 Block3 a réalisé avec succès son dernier tir de qualification. Ce tir, qui comportait une trajectoire de type attaque littorale, a été réalisé le 25 avril au Centre d'Essais de Lancement de Missiles (CELM), sur le site de l'île du Levant. Le scenario de tir comportait dès la phase accélérée, un dépointage important à rattraper. Après le largage de l'étage d'accélération, une trajectoire complexe comportant le survol et le contournement de zones interdites a été exécutée durant la phase de croisière. En fin de vol, un formage terminal afin d'obtenir l'angle d'attaque prévu de la cible littorale a été réalisé avec succès, le point désigné étant atteint avec la précision requise. Conçu et réalisé par MBDA (*), le MM40 Block3 a vu son développement financé par la Marine nationale, la Délégation Générale pour l'Armement (DGA), ainsi que l'industriel. Cette opération a été lancé en 2004, quatre ans après l'abandon du projet ANF. Le nouvel Exocet affiche une portée de 180 kilomètres, soit plus du double du Mer-Mer 40 actuellement en service (72 kilomètres). D'une longueur de 5.8 mètres pour un diamètre de 35 centimètres et un poids de 740 kilos, le nouveau missile antinavire présente des dimensions identiques à son prédécesseur, tout en étant plus léger (870 kilos pour la génération précédente). Il se distingue également par une propulsion par turboréacteur, l'embarquement d'un GPS et une capacité contre cibles terrestres. Sa vitesse atteint Mach 0.9.

Prévu pour les Horizon, les FREMM et peut être les La Fayette

A l'issue de cet ultime tir de qualification, MBDA va pouvoir débuter la production de l'Exocet MM 40 Block3 dans son site de la région Centre. La marine française devrait notifier prochainement l'acquisition de son premier lot. Le missile équipera, à raison de 8 unités par bâtiment, les deux frégates de défense aérienne du type Horizon, dont la tête de série, le Forbin, doit être livrée en 2008 par DCNS Lorient. La nouvelle munition sera également embarquée sur les frégates multi-missions (FREMM) de la classe Aquitaine, dont l'entrée en service est prévue à partir de 2011/2012. Enfin, les cinq frégates légères furtives du type La Fayette, qui disposent actuellement de MM40 Block2, pourront être rétrofitées pour mettre en oeuvre le Block3. Cette modernisation n'entraînerait pas de modification des berceaux et sellettes, identiques, mais un remplacement de l'électronique de contrôle. MBDA espère, avec ce nouveau produit, réitérer la saga commerciale connue par les versions précédentes du MM40. Ce système est en service plus de 15 forces armées (Arabie Saoudite, Argentine, Afrique du sud, Bahreïn, Brésil, Brunei, Chili, Colombie, Chypres, Emirats Arabes Unis, Equateur, Grèce, Koweït, Malaisie, Oman, Qatar et Tunisie). Deux pays se sont pour l'heure, portés acquéreur du Block3, un au Moyen-Orient (Emirats Arabes Unis) et l'autre en Europe.

Une saga quarantenaire

L'histoire de l'Exocet remonte à 1968, lorsque Pierre Messmer décide de doter les bâtiments français d'un missile antinavire. L'Aérospatiale est chargée l'année suivante des études, en collaboration avec le ministère de la Défense. Du type « Fire and Forget », cet engin à vol rasant doit être autonome et atteindre sa cible sans téléguidage. Le missile MM38 est tiré pour la première fois en 1971. Deux versions sont développées, en 1974 pour le tir depuis avion (AM39) avec livraison en série à partir de 1981 ; puis pour un lancement depuis sous-marin (SM39). Pour cette dernière application, les études sont lancées en 1978 et la mise en service intervient en 1985.
Grèce, Malaisie, Allemagne, Pérou, Royaume-Uni, France... En quelques années, l'Exocet MM38 s'implante aux quatre coins de la planète. Conçu sur le principe d'une charge militaire explosant à l'intérieur du bâtiment cible, après impact juste au dessus de la ligne de flottaison ; l'Exocet prouve sa redoutable efficacité en mai 1982. Pendant la campagne des Malouines, le destroyer britannique HMS Sheffield coule six jours après avoir été ravagé par l'explosion d'un AM39 tiré depuis un Super Etendard argentin. Dans le même conflit, le porte-conteneurs Atlantic Conveyor est lui aussi détruit après une attaque similaire. Cinq ans plus tard, en mai 1987, c'est l'US Navy qui essuiera une attaque d'Exocet dans le golfe Persique. La frégate USS Stark est très gravement endommagée par deux missiles tirés par les Irakiens. D'une portée de 42 kilomètres, le MM38 est suivi par le MM40 Block1 (1982) puis le MM40 Block2 (1990). La portée des MM40 atteint 72 kilomètres. L'ensemble de la famille Exocet équipe aujourd'hui 35 pays. En France, le MM38 arme la Jeanne d'Arc, les frégates Duquesne, Tourville, De Grasse, Georges Leygues et Dupleix, ainsi que les six frégates du type Floréal. Le MM40 équipe cinq frégates du type F70 ASM, les deux Cassard, les cinq La Fayette et une partie des 9 avisos encore en service (les autres disposent de MM38). Les sous-marins nucléaires d'attaque et lanceurs d'engins embarquent quant à eux le SM39 et les Super Etendard Modernisés et les Atlantique 2 de l'aéronautique navale l'AM39.
Le Rafale F3 mettra quant à lui en oeuvre une nouvelle évolution, l'AM39 Block2 Mod2, dont le développement a été lancé en 2004.
_____________________________________________________

(*) MBDA est détenu par EADS (37,5 %), BAE SYSTEMS (37,5 %) et FINMECCANICA (25 %). Le missilier européen, qui compte 70 clients dans le monde, présente un chiffre d'affaires annuel de 3,3 milliards d'euros et un carnet de commandes de 13 milliards d'euros. A ce jour, MBDA dénombre 45 programmes de systèmes de missiles et de contre-mesures en service opérationnel.

Marine Nationale | Toute l’actualité de la marine française MBDA | Toute l'actualité du missilier européen