Défense
La partie arrière du premier BPC Vladivostok en route pour Saint-Nazaire

Actualité

La partie arrière du premier BPC Vladivostok en route pour Saint-Nazaire

Défense

C’est cette semaine (aujourd’hui normalement), que la partie arrière du bâtiment de projection et de commandement Vladivostok doit quitter la Russie afin d’être remorquée jusqu’à Saint-Nazaire, où elle sera soudée à la partie avant, réalisée par STX France. Composée d’une trentaine de blocs, la moitié arrière du premier BPC russe a été fabriquée en transfert de technologie par le chantier OSK de Saint-Pétersbourg. Pour cela, des équipes de DCNS (concepteur du BPC et titulaire du contrat) et de STX France ont apporté une assistance technique, des Russes venant également se former à Saint-Nazaire, où la moitié avant du Vladivostok est désormais assemblée. La section construite en Russie doit arriver dans l’estuaire de la Loire à la fin du mois, à priori vers le 25. Elle sera ensuite intégrée à la partie avant, l’ensemble devant être mis à flot en octobre. Le Vladivostok sera livré l’an prochain à la marine russe. Son premier sistership, le Sevastopol, dont la mise sur cale est intervenue le 18 juin à Saint-Nazaire, le sera l’année suivante.  

 

 

La partie avant du Vladivostok à Saint-Nazaire  (© MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

La partie avant du Vladivostok à Saint-Nazaire  (© MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

 

Vue du futur Vladivostok  (© DCNS)

Vue du futur Vladivostok  (© DCNS)

 

 

Suivant le contrat entré en vigueur en 2011, environ 20% des travaux liés à la construction du premier BPC sont confiés à l’industrie russe, une part montant à 40% pour le second. Dans les faits, pour le Vladivostok, OSK a réalisé la moitié de la coque environ, mais les Français assureront l’intégralité de l’armement du bâtiment. En plus de ces deux BPC, de nouvelles unités pourraient être commandées. Si c’est le cas, elles seraient assemblées en Russie, parachevant ainsi un transfert de technologie progressif permettant à OSK d’intégrer des processus industriels modernes.

 

 

Le BPC français Dixmude en construction en 2010  (© MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Le BPC français Dixmude en construction en 2010  (© MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

 

 

Pour mémoire, le Vladivostok et le Sevastopol sont dérivés des BPC français du type Mistral. Ces bâtiments de 199 mètres de long et 21.000 tonnes de déplacement en charge peuvent mettre en œuvre 16 hélicoptères et peuvent embarquer 450 hommes de troupe, 70 véhicules et 4 chalands de débarquement. Ils disposent également d’importantes infrastructures de commandement et d’un hôpital embarqué. 

 

 

Le BPC Mistral avec 15 hélicoptères sur le pont (© MARINE NATIONALE)

Le BPC Mistral avec 15 hélicoptères sur le pont (© MARINE NATIONALE)

 

Le BPC Dixmude mettant en oeuvre un engin de débarquement  (© MARINE NATIONALE)

Le BPC Dixmude mettant en oeuvre un engin de débarquement  (© MARINE NATIONALE)

Marine russe Chantiers de l'Atlantique (ex-STX France)