Pêche
La pêche peine à recruter des jeunes

Actualité

La pêche peine à recruter des jeunes

Pêche

23.722 marins: tel est l'effectif des marins à la pêche en activité en 2009, selon les chiffres publiés par le FAF, le Fonds d'assurance formation de la pêche et cultures marines, qui s'appuie sur les données de la Direction des Affaires maritimes. En 2008, ils étaient 24.887. Le secteur a perdu 4.7% de ses effectifs soit 1165 marins. 1265 marins étrangers communautaires, pour la plupart espagnols et portugais, sont enregistrés et 641 marins non communautaires. Si l'on regarde les effectifs, la région Pays-de-la-Loire connaît la baisse la plus forte: - 11.6%, suivie par l'Aquitaine: - 8.4%. La région Bretagne perd aussi des marins mais de façon moindre. Elle reste le poids lourd et la première région de France pour la pêche avec près de 6700marins, soit plus de 28% des troupes. Elle a perdu 214 marins par rapport à 2008, soit une baisse de 3.2%, en dessous de la moyenne nationale. Globalement, c'est la petite pêche et la pêche côtière qui perdent le plus de marins.

 (© : LE TELEGRAMME)
(© : LE TELEGRAMME)

Moyenne d'âge: 40 ans

Depuis 2002, la tendance se confirme: la pêche a du mal à attirer et à recruter des jeunes de moins de 25 ans, sortant de la formation initiale, ce qui va, à terme, poser des problèmes. Les jeunes ne représentent que 12% de l'effectif global. Les marins vieillissent: si la moyenne d'âge est de 40 ans, le nombre des 45-54 ans augmente régulièrement. La grande pêche n'emploie que 6% de jeunes de moins de 25 ans. Ils constituent 19% de l'effectif à la pêche côtière. Le FAF se penche aussi sur les fonctions occupées à bord: 46% des marins naviguent comme matelots ou hommes d'équipage et 54% occupent une fonction de commandement, pont, machine ou autre service. Dans le document du FAF, et de son observatoire prospectif des métiers, un chapitre intéressant sur les «nouveaux entrants», ceux qui arrivent en cours de carrière et qui permettent de compenser les difficultés de recrutement. Ils sont ainsi 2250 marins inscrits pour la première fois dans le fichier en 2009. Ils viennent de la pêche, (46% dont 30% de marins étrangers), pour beaucoup du commerce (40% d'entre eux), ou de la plaisance. Les nouveaux entrants constituent environ 5% de l'effectif global des marins à la pêche, «ce qui est censé permettre le renouvellement des générations sur la base d'activité d'une durée moyenne de 20 ans dans le secteur», souligne le FAF.

«Électrochoc»

Un autre problème se profile: l'unique session de formation des capitaines de pêche proposée en 2010 a été annulée, faute de «combattants», ce qui crée une sorte «d'électrochoc». Le FAF s'interroge et s'inquiète sur le devenir de la flotte de pêche «sans formation de patrons ni de capitaines».
________________________________________________

Catherine Magueur, Le Télégramme

Formation