Marine Marchande
La piraterie coûte 120 millions de dollars en assurances

Actualité

La piraterie coûte 120 millions de dollars en assurances

Marine Marchande

En plus des lourds préjudices humains causés aux équipages, la piraterie somalienne revient de plus en plus cher aux armateurs, notamment en termes de primes d'assurances. Le surcoût est estimé, par les professionnels du secteur, à environ 120 millions de dollars par an. Lors d'une réunion qui s'est tenue cette semaine à Londres, les principaux organismes d'assurances et notamment les réassureurs, qui garantissent les P&I, en première ligne notamment pour le paiement des rançons, ont fait le point sur ce qui devient une charge financière importante pour les compagnies. Si certains armateurs ont parfois fait le choix de dérouter les navires en les faisant doubler le cap de Bonne Espérance, ce choix n'est pas forcément durable et viable, notamment en raison du prix des soutes. Les chiffres donnés par Mark Browning, le patron de l'association britannique du shipping, sont explicites : « environ 28.000 navires transitent chaque année par la zone piratée, pour un gros porte-conteneurs un reroutage par le cap coûte entre 185.000 et 300.000 dollars. Les coûts additionnels d'assurance pour le transit sont compris entre 30.000 et 60.000 dollars. » A ces primes s'ajoutent néanmoins le prix des rançons, qui s'élèvent désormais régulièrement à plus de 3 millions de dollars. Les assureurs ont payé environ 1200 rançons ces trois dernières années.

Piraterie