Défense
La première frégate du type FTI opérationnelle en 2023

Actualité

La première frégate du type FTI opérationnelle en 2023

Défense

Dans le cadre de la réactualisation de la Loi de Programmation Militaire couvrant la période 2014-2019, le ministère de la Défense a décidé d’avancer le programme des frégates de taille intermédiaire (FTI), appelées à succéder aux La Fayette (FLF), dont cinq exemplaires ont été mis en service entre 1996 et 2001. La livraison de la tête de série à la Marine nationale est désormais prévue en 2023, soit deux bonnes années d’avance par rapport au planning envisagé jusqu’ici. Cela signifie que la construction du premier bâtiment devrait débuter au plus tard en 2019, après la phase de conception, dont certains points, comme les senseurs de nouvelle génération avec antennes fixes, ont déjà vu leur développement lancé.

Un nouveau produit à l’export pour DCNS

L’anticipation de ce programme  est une très bonne nouvelle pour DCNS, dont les bureaux d’études vont pouvoir rapidement plancher sur un nouveau navire de combat, complétant la gamme du groupe entre les frégates lourdes du type FREMM et les corvettes fortement armées du type Gowind 2500. Les FTI sont en effet non seulement destinées à assurer le remplacement des FLF, mais doivent aussi permettre à DCNS de proposer un nouveau produit à l’export. Dans cette perspective, la FTI sera conçue comme une plateforme très polyvalente, simple et compétitive, à même de répondre aux besoins de nombreuses forces navales.

Une plateforme polyvalente d’environ 4000 tonnes

La future frégate française devrait afficher un déplacement de l’ordre de 4000 tonnes. Elle sera normalement équipée d’un mât intégré avec radar panoramique fixe à quatre faces planes, de moyens de détection sous-marine (sonar d’étrave et antenne remorquée), de missiles antinavire Exovet et surface-air Aster et/ou VL Mica, de torpilles et d’artillerie. La FTI pourra également mettre en œuvre un hélicoptère Caïman (NH90), des drones et des embarcations d’intervention, la plateforme étant probablement dotée d’une zone modulaire permettant une reconfiguration suivant le type de mission.

De deux à cinq unités

On ne sait pas, pour l’heure, combien de FTI seront réalisées pour la Marine nationale. Tout dépendra du format final du programme FREMM, qui comptera 8 à 11 unités. Le sort des trois dernières doit être fixé l’an prochain. Sachant que le dernier Livre Blanc sur la Défense a établi le nombre de frégates de premier rang à 15, y compris les frégates de défense aérienne Forbin et Chevalier Paul, il y aura donc entre deux et cinq FTI. Même si aucune décision n’a encore été prise, il parait à peu près évident, ne serait-ce que pour des questions d’économies d’échelle par effet de série, que les futures frégates de taille intermédiaire devraient être réalisées à au moins quatre exemplaires pour la marine française, qui ne disposerait alors que de neuf FREMM. 

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française Naval Group | Actualité industrie navale de défense