Energies Marines
La première Haliade 150 du parc allemand Merkur installée

Actualité

La première Haliade 150 du parc allemand Merkur installée

Energies Marines

L’installation de la première des 66 éoliennes de 6 MW du type Haliade 150 destinées au parc Merkur, au large des côtes allemandes de la mer du Nord, s’est achevée en fin de semaine dernière. L’opération, légèrement retardée à cause de la météo, a vu après la pose de la nacelle sur le mât la mise en place des trois pales de plus de 73 mètres de long. La manœuvre a été réalisée par le navire jack up SeaFox 5, qui intervient depuis le port néerlandais d’Eemshaven, où est installée la base logistique de Merkur.

 

Installation de la première Haliade 150 de Merkur (©  MERKUR OFFSHORE)

Installation de la première Haliade 150 de Merkur (©  MERKUR OFFSHORE)

 

C’est là que les éléments des éoliennes sont rassemblés avant leur installation en mer. Alors que les pales sont réalisées par LM Wind Power (filiale de General Electric) à Castellón, en Espagne, et que les mâts sont fabriqués en Allemagne et en Chine, les nacelles sont produites par l’usine GE Renewable Energy de Montoir-de-Bretagne, près de Saint-Nazaire. Les machines sont acheminées par cargos depuis l’estuaire de la Loire depuis le mois de novembre. 24 ont déjà été convoyées jusqu’à Eemshaven, 6 autres devant partir de Montoir cette semaine. Les 36 dernières partiront d’ici l’été, la fin de leur installation étant prévue en septembre.

Implanté à 35 km au nord de l’île de Bokrum, Merkur, dont la sous-station de 396 MW (fabriquée en Belgique par Engie Fabricom) a été installée en janvier, doit être relié en fin d’année au réseau électrique terrestre. Le champ sera capable de générer près de 1750 MWh par an, soit une quantité d’énergie propre suffisante pour alimenter 500.000 foyers dans la région. Le projet prévoit également, pour General Electric, un contrat de 10 ans portant sur des services de modernisation et de maintenance.

Merkur est pour GE de première importance car il constitue son premier contrat pour un parc commercial et concrétise la montée en puissance du groupe sur cette activité : « il s’agit d’un jalon extrêmement important pour nous. Il y a un an et demi à peine, nous participions à l’installation du premier projet éolien offshore aux États-Unis, à Block Island. En l’espace d’un an, nous avons finalisé les travaux d’installation en Chine et commencé l’installation de l’un des plus grands parcs éoliens offshore d’Allemagne. Nous sommes ainsi devenus le seul fournisseur d’éoliennes en mer à mener à bien des projets à la fois en Europe, en Asie et en Amérique », explique John Lavelle, VP & CEO de la branche éolien offshore de GE Renewable Energy.

Pour la suite, après l’achèvement du contrat Merkur, le groupe espère engranger rapidement d’autres contrats sur le marché international, où l’Haliade-150 est toujours en lice sur plusieurs projets. Quant aux trois parcs français d’EDF (Guérande, Courseulles-sur-Mer et Fécamp), c’est toujours l’incertitude. Ils doivent normalement être équipés en tout de 238 Haliade 150 mais les premiers parcs éoliens hexagonaux, dont le développement a pris beaucoup de retard, pourraient être remis à plat afin de correspondre techniquement et financièrement aux standards actuels.

En attendant, GE va lancer le développement d’une nouvelle éolienne offshore de très forte puissance, l’Haliade-X, une machine de 12 MW dont un prototype terrestre devrait voir le jour dès 2019.