Défense
La production de Rafale n'est pas prête de s'arrêter

Actualité

La production de Rafale n'est pas prête de s'arrêter

Défense

Un petit vent de panique a soufflé, hier après-midi, après une dépêche relatant les propos du ministre de la Défense durant une émission de La Chaîne Parlementaire. « Si Dassault ne vend pas de Rafale à l'étranger, la chaîne [de production] sera arrêtée », a expliqué Gérard Longuet. Mais la dépêche, qui a provoqué un bel emballement médiatique, omettait de préciser la fin de son propos, qui consistait à préciser que l'arrêt de la production n'interviendrait, au pire, qu'après la livraison de tous les avions commandés pour l'armée de l'Air et la Marine nationale. Une nuance d'importance puisque 180 Rafale ont pour le moment été commandés, ce qui assure de la charge à Dassault Aviation, qui produit actuellement 11 avions par an, jusqu'en 2018. Et d'autres tranches doivent encore être notifiées afin d'atteindre l'objectif final de 286 avions pour les aviateurs et marins. « Si Dassault ne vend pas de Rafale à l'étranger, en tout état de cause, la production, destinée à l'armée française, ne s'arrêtera pas avant l'horizon de 2030 », a précisé le ministre dans la soirée. Il n'y a donc pas péril en la demeure, même s'il faut reconnaître qu'évoquer l'arrêt de la chaîne de production, même si ce n'est que dans une quinzaine d'années, ne constitue pas vraiment un signal très encourageant pour des acquéreurs potentiels.
Pour mémoire, une centaine de Rafale ont été réalisés jusqu'ici. L'aéronautique navale a reçu en octobre son 33ème exemplaire sur les 58 prévus au final.
L'appareil de Dassault Aviation est également en compétition pour équiper les forces aériennes de l'Inde, des Emirats Arabes Unis et du Brésil. En Suisse, où l'avion français était opposé à l'Eurofoghter et au Gripen suédois, c'est finalement ce dernier que les autorités de Berne ont choisi.

Rafale Marine  (© : MARINE NATIONALE)
Rafale Marine (© : MARINE NATIONALE)

Dassault Aviation | Toute l'actualité aéronautique navale