Nautisme
La qualité de l'air relevée par un skipper de la Solitaire du Figaro

Actualité

La qualité de l'air relevée par un skipper de la Solitaire du Figaro

Nautisme

Profiter des quatre étapes de la Solitaire du Figaro pour mesurer la qualité de l'air en mer. C'est ce qui a été fait par Arthur Le Vaillant, skipper du bateau Leyton, engagé dans la célèbre course qui s'est déroulée au mois de juin entre la baie de Morlaix, Dieppe, Kinsale et Nantes. Son bateau a en effet été équipé d'une balise développée par l'entreprise nantaise Atmotrack, qui mesure les particules fines dans l'air. C'est la première fois que cette balise est utilisée en mer.

« La qualité de l'air a été bonne tout au long des différentes étapes. Les seuls dépassements de seuil ont pu être remarqués proches des ports comme Saint Nazaire ou Roscoff. » constate Romain Scimia, Directeur Général d’Atmotrack. Ainsi, selon les relevés effectués entre le 13 juin à 2h23 et le 14 juin à 7h04, du départ de Roscoff jusqu’à environ 80 kilomètres au large, les concentrations de PM 2.5 varient de 1,28 à 5,32 µg/m³. Ces teneurs sont tout à fait dans les normes et en adéquation avec les relevés réalisés par la station de fond officielle d'Air Breizh de Brest qui vont, elles, de 1,8 à 7 µg/m³. Elles sont inférieures aux recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé pour qui la concentration en particules fines PM 2.5 ne doit pas dépasser les 10 µg/m³ en exposition journalière.