Histoire Navale
ABONNÉS

Interview

La Recouvrance fête ses 25 ans : «Une belle réussite pour le Guip»

Histoire Navale
Construction Navale

Il y a 25 ans, à l’occasion de Brest 1992, La Recouvrance était mise à l’eau dans le port breton. Réplique d’un aviso du XIXème siècle, ce splendide voilier est l’œuvre du Guip. Retour sur la genèse de ce projet avec Yvan Mauffret, patron du chantier brestois, spécialisé dans les bateaux en bois.

 

La Recouvrance (© MICHEL FLOCH)

 

Pourquoi La Recouvrance a-t-elle été construite ?

Il faut se remettre dans le contexte de l'époque. Après les Fêtes maritimes de Douarnenez de 1988, la décision est prise d'organiser les suivantes à Brest, en 1992. En parallèle, une revue lance un grand concours qui vise à doter chaque port d'un bateau, en lien avec son histoire. À Brest, c'est la goélette aviso La Recouvrance, qui est choisie, un navire emblématique de la ville. La reconstruction est alors lancée selon les plans de l'ingénieur Hubert, datant de 1820.

Comment le Guip a-t-il été choisi ?

Il y avait trois offres. L'arsenal de Brest, un constructeur du Finistère-Sud et le chantier du Guip, alors basé sur l'Ile-aux-Moines (56). Nous étions les seuls spécialisés dans la construction de bateaux du patrimoine, en pointe dans la reconstruction depuis 1979. Et les Brestois nous ont choisis.

C'était un chantier hors-norme ?

La construction devait se faire vite, en moins d'un an, pour être prête pour les fêtes nautiques. C'était aussi un chantier particulier de par les dimensions du bateau, 25 m pour 150 tonnes. Et puis, il y a eu toute une recherche d'archives et un respect des détails, des pièces de bois, pour faire comme au XIXe siècle.

Cela vous a apporté une certaine notoriété...

Les fêtes de Brest 92 ont été comme une caisse de résonance, qui ont contribué à ancrer un savoir-faire et le mettre en valeur. Aujourd'hui, si on pose la question de la réhabilitation de bateaux historiques, Brest et la Bretagne sont reconnus. Et on va venir ici pour chercher ce savoir-faire.

25 ans après sa mise à l'eau, quel oeil portez-vous sur La Recouvrance ?

Je trouve que le bateau a trouvé son équilibre. Il y a une belle gestion d'équipage, il rentre dans des objectifs financiers et c'est un ambassadeur de la ville de Brest, qui permet à beaucoup de découvrir le monde maritime. C'est aussi une belle réussite et une fierté pour le Guip.

Une interview réalisée par la rédaction du Télégramme