Défense
La réparation du sous-marin canadien Chicoutimi débute enfin

Actualité

La réparation du sous-marin canadien Chicoutimi débute enfin

Défense

Le chantier de remise en état de l'ex-Upholder britanniquea débuté au Canada. Endommagé par un incendie en 2004 lors de son transfert depuis la Grande-Bretagne, le sous-marin va subir une profonde rénovation. Menés par Babcock, les travaux, prévus pour durer une trentaine de mois, comprendront notamment la mise à niveau de la propulsion et des batteries, ainsi que du système d'armes, l'installation de nouveaux moyens électronique (surveillance, communications) et la réfection de la coque. La remise en service du Chcoutimi devrait intervenir en 2013, soit 9 ans après l'accident qui a fait 1 mort et 9 blessés.
Premier d'une série de quatre unités, le HMS Upholder a été construit à Barrow-in-Furness et est entré en service en 1990 au sein de la Royal Navy. Il a été suivi par trois sisterships, les HMS Unseen, HMS Ursula et HMS Unicorn, réalisés Birkenhead et opérationnels en 1991, 1992 et 1993. Dès 1994, la marine britannique a décidé de les désarmer, le maintien de ces bâtiments dans le nouveau contexte stratégique lié à la fin du bloc soviétique étant jugé trop onéreux. En 1998, un accord de location des 4 sous-marins a été signé avec le Canada (qui avait un temps envisagé d'acquérir des SNA français du type Rubis) dont les vieux Oberon arrivaient à bout de souffle. En 2006, les 4 ex-Upholder, rebaptisés Chicoutimi, Victoria, Corner Brook et Windsor, ont finalement été achetés par le Canada. La remise en service des bâtiments s'est révélée très compliquée et a été marquée par une série de problèmes techniques.
Longs de 70.25 mètres pour un déplacement de 2400 tonnes en plongée, les sous-marins de ce type peuvent embarquer 18 armes.

Marine et garde-côtière canadiennes