Divers
La Réunion : Un sous-marin nucléaire britannique en escale

Actualité

La Réunion : Un sous-marin nucléaire britannique en escale

Divers

Une coque rouillée et des panneaux manquants… C’est dans un état extérieur peu glorieux que le HMS Spartan est arrivé mardi au port est. Une nouvelle rapportée par le journal local Clicanoo. Le sous-marin nucléaire d’attaque britannique fait relâche jusqu’au 28 septembre à La Réunion, après une très longue croisière. Pour cette mission discrète, comme toutes les opérations de submersibles, le navire avait quitté sa base de Falsane, en Ecosse, fin juillet, pour des manœuvres en Atlantique mais aussi en Océan indien, une zone où la Royal Navy est engagée dans la force multinationale de lutte contre le terrorisme. Après trois mois de patrouille, le HMS Spartan refait donc le plein de vivres et les 120 hommes d’équipage en profite pour mettre le pied à terre et rejoindre, pour certains, leurs familles.
Concernant les fameuse plaques décollées, visibles sur la photo de nos confrères de Clicanoo, il s’agit du revêtement anéchoïque. Installée sur la coque des submersibles, cette couche de mousse permet d’absorber l’énergie incidente provenant d’un sonar actif, ce qui empêche la réflexion des impulsions et donc, la détection du navire. Cette « peau » permet également de réduire la signature acoustique du bâtiment en emprisonnant les bruits rayonnés. Par grande profondeur, il arrive que certaines plaques de revêtement se décollent, ce qui est manifestement arrivé au Spartan. Après avoir ravitaillé, il quittera donc La Réunion mercredi prochain pour une nouvelle mission tenue secrète, comme les précédentes. Les observateurs auront toutefois remarqué que le sous-marin emporte un caisson pour les opérations spéciales des commandos, situé juste derrière le kiosque, le Dry Deck Shelter. En attendant, le navire est placé sous bonne garde. Abrité derrière un mur de conteneurs, il est protégé par les soldats du 2ème RPIMA côté terre et quelques « nageurs » côté mer.

En attendant les Astute

Si l’aspect vétuste arboré à La Réunion par le HMS Spartan s’explique, il n’en reste pas moins un vieux bâtiment. Mis sur cale en avril 1976 aux chantiers Vickers de Barrow-in-Furness, il a été réceptionné par la marine britannique en 1979. Long de 83 mètres pour un déplacement de 4900 tonnes en plongée, le Spartan embarque 25 torpilles, missiles antinavires Harpoon et missiles de croisière Tomahawk. C’est un submersible très rapide puisqu’il file 30 nœuds en plongée grâce à une motorisation lui assurant une puissance de 15.000 CV. Sa propulsion nucléaire lui assure une autonomie limitée simplement par les besoins de ravitaillement en vivres. Le HMS Spartan fait partie d’une série de six bâtiments, la classe Swiftsure. Ce dernier a été désarmé en 1991, bien avant la date prévue, en raison de problèmes de fissures sur le réacteur. Le Spartan doit être retiré du service l’année prochaine.
Ces bâtiments seront remplacés à la fin de la décénnie par les sous-marins nucléaires d’attaque (SNA) du type Astute. Plus volumineux, ces navires déplaceront plus de 7000 tonnes en plongée et pourront embarquer 38 armes.

(*) Retrouvez toute l’actualité de La Réunion sur Clicanoo.com