Vie Portuaire
La Rochelle : Année 2015 record pour le trafic portuaire

Fil info

La Rochelle : Année 2015 record pour le trafic portuaire

Vie Portuaire

Les résultats 2015 de Port Atlantique La Rochelle confirment le dynamisme de la place portuaire rochelaise. Ils démontrent la pertinence de la stratégie mise en oeuvre par le Port et celle des investissements réalisés.

Avec un trafic record de 9,8 millions de tonnes (MT), + 4,3 % par rapport à l’année précédente, l’année 2015 se caractérise par une très forte augmentation du report modal avec près d’1,7 MT acheminées par voies ferroviaires (+ 30 %). Ces résultats et leurs impacts en matière de développement économique régional traduisent l’efficacité des investissements soutenus par l’Etat, les collectivités et l’Europe aux côtés du Port.

Le projet stratégique du Port et le contrat de plan Etat-Région 2015-2020, approuvés en 2015, constituent les leviers pour la poursuite de ce développement dans les prochaines années.

La dynamique enregistrée en 2015 se retrouve dans la plupart des filières du Port.

Le cumul des tonnages pour les céréales et oléagineux affiche + 3,7 % avec 4 434 379 tonnes. Une hausse globale qui concerne plutôt l’orge et le maïs, les blés étant en légère baisse en raison d’une forte concurrence des différentes origines au deuxième semestre, notamment la Mer Noire, concurrence ayant eu pour effet de créer la tension sur les prix. Si l’on prend en compte la campagne céréalière de juillet 2014 à fin juin 2015, l’évolution globale de la filière s’établit toutefois à + 30 % avec 4 841 185 tonnes.

Deuxième filière du Port en volume (2 863 379 tonnes), les produits pétroliers enregistrent une hausse de 8,5 %. Cela permet de retrouver le niveau de 2013, malgré l’avarie à l’ouest de l’appontement pétrolier en août dernier ayant entraîné un fonctionnement en mode dégradé avec report du trafic sur le poste situé à l’est, limité à l’accueil des navires de 55 000 tonnes de déplacement.

Avec + 9,6 %, les vracs agricoles terminent l’année 2015 sur une courbe ascendante (819 586 tonnes) et deviennent la troisième filière du Port. Une évolution marquée par une forte embellie de l’alimentation animale et une relative stabilité des engrais.

Si les produits forestiers sont dans leur ensemble à la baisse (765 391 tonnes soit - 10,6 %), les trafics de sciages, placages et de grumes affichent globalement une certaine stabilité. Le recul des pellets de bois s’explique par l’importance des stocks constitués, conjugués à un troisième hiver doux, ainsi qu’à un marché français en évolution caractérisé par des opérations de trading sur les ports du nord desservant le marché parisien. Pour la pâte à papier, le léger retrait enregistré en 2015 apparaît conjoncturel.

Avec 574 339 tonnes, les sables clôturent l’année à - 6,1 %, conséquence de la faiblesse de l’activité dans le secteur du bâtiment et des travaux publics.

La filière dite « autres » affiche une belle progression : 352 869 tonnes soit + 29,7 %. Une performance due à chacune de ses composantes : les carbonates dont l’augmentation notable stimule les vracs industriels ; les produits cimentiers avec la mise en charge progressive d’Eqiom ; la bonne tenue des produits métalliques ; l’embellie des colis lourds grâce notamment au trafic d’éoliennes.

Les croisières, enfin, se sont stabilisées l’année dernière avec 23 escales et plus de 26 000 passagers, un bilan qui se situe dans la moyenne des saisons précédentes.

Trafic ferroviaire : + 30 %

2015 constitue une année exceptionnelle pour le trafic ferroviaire portuaire. Il s’établit à 1 691 138 tonnes (soit presque + 30 % par rapport à 2014) et représente une part modale de plus de 17 % contre 14 % l’année précédente.

Véritable moteur pour le développement du Port, le trafic ferroviaire soutient particulièrement l’essor de la filière céréales en permettant un transport massifié de la marchandise, clé d’une exportation elle aussi de plus en plus massifiée par voie maritime.

L’accroissement du trafic ferroviaire portuaire est le fruit du travail collectif mené par tous ses acteurs : les clients utilisant le mode ferroviaire, les entreprises ferroviaires (en particulier Fret SNCF et OFP Atlantique qui atteignent un trafic record), le Port et le gestionnaire d’infrastructures délégué (Socorail). Cette augmentation significative est l’une des priorités stratégiques du Port en matière de report modal et de responsabilité sociétale.

Avec un trafic respectif d’environ 1 166 kT (+ 22 %) pour Fret SNCF et 525 kT (+ 30 %) pour OFP Atlantique, les deux principaux opérateurs ont contribué à cette forte augmentation.

Au global, 790 kT de marchandises ont été transportées en 2015 par OFP Atlantique, les deux tiers des marchandises acheminées concernant le Port de La Rochelle, un tiers celui de Nantes Saint-Nazaire. Pour l’année 2015, le chiffre d’affaires réalisé est lui aussi en forte hausse : 9,3 millions d’euros contre 5,5 millions d’euros un an plus tôt. Le développement soutenu d’OFP Atlantique est en rapport direct avec celui de la filière céréales, notamment grâce à un nouveau contrat conclu avec Cargill en cours d’année. Autre fait marquant concernant OFP Atlantique : l’opérateur ferroviaire a reçu en 2015 le 15e Prix de l’Innovation au salon SITL (meilleur service et transport logistique).

Investissements : +31%

En 2015, Port Atlantique La Rochelle a réalisé avec l’aide de ses partenaires 21,7 millions d’euros d’investissements, soit + 31 % par rapport à 2014.

Plusieurs chantiers significatifs ont été engagés à la fois par l’autorité portuaire et les opérateurs. L’année écoulée a ainsi vu la réalisation des travaux de l’Anse Saint-Marc 2 (10,3 M€), le nouveau terminal vracs du Port, doté d’un quai de 200 mètres linéaires et d’un terre-plein de 10,5 hectares en lien avec le futur site de La Repentie.

Sur le terminal de Chef de Baie, cinq hangars portuaires ont été modernisés et solarisés (0,7 M€).

Au Pôle de Réparation et de Construction Navale, une nouvelle phase s’est concrétisée pour l’optimisation de l’outil avec la remise à neuf du bateau porte de la forme 2.

Le Bassin à Flot a connu le remplacement des systèmes de commande de l’écluse qui en permet l’accès avec notamment l’installation d’un système supplémentaire déporté à la capitainerie, avec supervision.

Le ferroviaire a lui aussi fait l’objet d’investissements : la voie n°10 du faisceau de Vaugouin, composée de quelque 470 mètres linéaires, a connu l’été dernier des travaux de remise en état (1,1 M€).

Du côté des opérateurs portuaires, 2015 a aussi été placée sous le signe de l’action. Le site Imeca groupe Reel, construit au nord du Bassin à Flot, est entré dans sa phase opérationnelle pour le développement d’équipements spécifiques destinés à l’industrie pétrolière : un bâtiment de 5 940 m2 avec entre autres deux halls permettant une hauteur de levage de 15 et 25 mètres.

Sur le quai Lombard, SISP a créé un nouveau point de déchargement dans la continuité des importants travaux de modernisation de l’infrastructure réalisés par le Port en 2013.

A Chef de Baie, Socomac groupe Soufflet a engagé la construction de son nouveau silo céréalier qui se déploiera en deux tranches pour proposer à terme une capacité totale de stockage de 63 000 tonnes.

Sur le site de Chef de Baie également, BLP a construit deux hangars temporaires d’une surface totale de 8 100 m2.

Un certain nombre de temps forts ont jalonné l’année 2015

Le Conseil de Surveillance du Port a approuvé le 17 avril 2015 le projet stratégique à 5 ans de l’établissement, suite à une élaboration effectuée en large concertation avec ses parties prenantes.

Le Contrat de Plan Etat-Région 2015-2020 a été signé le 4 mai 2015. Son volet portuaire, d’un montant total de plus de 50 millions d’euros, comporte cinq opérations qui confortent les atouts du Port inhérents à ses qualités nautiques, le développement économique et la création d’emplois. Participent à cet important programme d’investissements : l’Etat, pour plus de 12 millions d’euros, ainsi que le Conseil Départemental et la Communauté d’Agglomération de La Rochelle pour plus de 5 millions d’euros chacun.

En partenariat avec la place portuaire

LR Traffic est entré dans sa phase opérationnelle. Cet outil informatique permet d’assurer le suivi d’un navire, de sa marchandise, son équipage et le cas échéant ses passagers, sur toute la façade maritime européenne. Il répond à une directive européenne qui impose à chaque état membre de dématérialiser les formalités déclaratives pour les navires en escale.

Aux côtés de l’Union Maritime, le Port a développé via son service Ressources Humaines, le programme d’action Cap sur l’économie portuaire. Son objectif : faire connaître au plus grand nombre le vivier que représente la place portuaire en matière d’emplois, de contrats d’apprentissage et de stages.

La place portuaire s’est par ailleurs engagée, au travers d’une Charte de développement durable, à poursuivre son exemplarité dans ce domaine. La Charte a été signée le 29 septembre par le Port et l’Union Maritime. Elle compte à ce jour dix entreprises portuaires signataires qui, dans un délai de trois ans, mettront en oeuvre de nombreuses actions dans ce domaine.

Le Port a participé à des actions de promotion de la place portuaire, en particulier à la Bourse maritime agricole à La Rochelle, au Breakbulk à Anvers et au salon PPI Transport Symposium à Brême, aux côtés de BLP La Rochelle, dont l’objectif est de développer le trafic de pâte à papier en s’appuyant sur les atouts du Port et les projets sur cette filière.

L’ouverture du Port à son environnement

Les interfaces entre la Ville et le Port ont bien évidemment été à l’honneur avec l’emménagement de la quasi-totalité des services de l’autorité portuaire à la Maison du Port. Le nouveau siège social de Port Atlantique La Rochelle permet à tous d’accéder aux jours et heures ouvrés à son hall où se trouve la maquette du site portuaire et des expositions temporaires. Egalement accessible à chacun depuis le boulevard : la terrasse publique.

Conscient du bien-fondé de la démarche de marketing territorial initiée par la Communauté d’Agglomération de La Rochelle, le Port a rejoint les différents acteurs (économiques, touristiques, universitaires, culturels,…) locaux pour contribuer à définir une stratégie visant à renforcer l’attractivité du territoire.

La Journée Port Ouvert 2015 a été un véritable succès avec près de 4 400 visiteurs venus découvrir les métiers et installations portuaires. En septembre, le 4e volet de la fresque des musiques actuelles a été réalisé par Tamara Huyro face à la salle de concerts La Sirène.

En 2015, le Port s’est illustré en matière de responsabilité sociétale en atteignant le niveau « confirmé » au regard du référentiel ISO 26 000. Un niveau qui souligne la bonne intégration du développement durable dans le projet stratégique du Port et le déploiement d’une véritable culture d’entreprise sur cette thématique.

Perspectives 2016

En 2016, plusieurs opérations vont être engagées : la mise en exploitation du terminal de l’Anse Saint-Marc 2, la modernisation de l’appontement pétrolier, la reconfiguration du Port de service, la solarisation de hangars et de la base sous-marine, l’amélioration du réseau ferré portuaire… pour un montant d’investissements de plus de 25 millions d’euros.

Des projets vont entrer dans leur phase opérationnelle comme le déploiement d’Atlantic Open Feeder, navette maritime pour le transport de conteneurs, ou le lancement d’un programme d’écologie industrielle et territoriale.

Cette année, Port Atlantique La Rochelle va également préparer l’avenir en lançant trois études majeures : le développement de Chef de Baie en vue d’en faire un hub logistique de la pâte à papier, l’aménagement de La Repentie ainsi qu’une réflexion, La Rochelle Port 2040, visant à construire collectivement le port de demain.

Communiqué du Port de La Rochelle, janvier 2015

 

Port de La Rochelle