Construction Navale
La Rochelle: Lecamus réalise de nouveaux navires

Focus

La Rochelle: Lecamus réalise de nouveaux navires

Construction Navale
Vie Portuaire

Après une première expérience réussie l’an dernier avec la réalisation de la drague La Cordouan, le chantier rochelais Lecamus, historiquement positionné sur la réparation navale, confirme sa diversification dans les constructions neuves. Un second bateau est, en effet, en train de naître dans les ateliers de l’entreprise suite à une commande du Département de la Charente-Maritime, également propriétaire de La Cordouan. Un projet un peu particulier puisqu’il s’agit de ce que l’on pourrait appeler un « remorqueur de poche ». Sa coque en acier ne fait que 8 petits mètres de long pour 4 de large. « Il est clair que ce n’est pas courant de voir un remorqueur aussi petit ! », sourit Maxime Legendre, qui détaille à Mer et Marine les raisons de ce mini-gabarit : « Le Département de la Charente-Maritime dispose d’un service de dragage qui arme une dizaine de bateaux, dont des dragues stationnaires comme La Cordouan. Ils s’en servent pour entretenir les ports départementaux mais aussi des ports de plaisance. C’est pour cela qu’il fallait quelque chose de très compact ». Si les dragues stationnaires, lorsqu’elles travaillent, évoluent sur leurs pieux, il faut en effet pouvoir les déplacer, ce qui était le rôle jusqu’ici d’un vieux bateau d’environ 8 mètres, le Dragon, qu’il convenait de remplacer. D’où la commande de ce « baby tug » qui doit pouvoir se faufiler dans les étroits ports de plaisance et passer sous des passerelles, ce qui impose aussi un tirant d’air et un tirant d’eau très réduits.

 

(© : PIERRE DELION ARCHITECTURE)

(© : PIERRE DELION ARCHITECTURE)

 

L’exercice complexe du petit bateau polyvalent

Mais ce bateau ne servira pas qu’au service des dragues. « Le Département a voulu un bateau polyvalent qui puisse remorquer, pousser mais aussi effectuer d’autres opérations, comme le relevage de corps morts ou d’obstacles et objets au fond de l’eau ». Pour mener à bien ce projet, Lecamus travaille avec le bureau d’architecture nantais Delion : « Ils se sont bien creusés la tête car faire un remorqueur aussi petit, avec toutes les fonctions et en casant tout le matériel requis, c’est très compliqué. La collaboration s’est en tous cas extrêmement bien passée, avec une très grande écoute pour répondre aux besoins du client et trouver des solutions ». Même son de cloche chez l’architecte : « C’est une belle coopération et pour nous l’occasion de travailler avec un nouveau chantier et nous ouvrir de nouvelles perspectives en appréhendant les bateaux de type remorqueurs-pousseurs, que nous n’avions encore pas faits. Et puis c’est un projet singulier, avec cet exercice du petit bateau qui doit aussi être polyvalent et avec lequel les équipages pourront je crois faire encore plus de missions que ce qu’ils avaient imaginé au départ », nous confie Pierre Delion, qui pense que ce projet peut d’ailleurs susciter de l’intérêt dans d’autres ports.

Les caractéristiques du « baby tug »

Classé en 4ème catégorie de navigation avec le Bureau Veritas pour la certification, ce bateau mesurera très précisément 7.96 mètres de long pour 4.09 de large, avec un tirant d’eau à pleine charge de 1.35 mètres et un déplacement à pleine charge d’un peu plus de 14 tonnes. La coque est en acier et la timonerie en aluminium. Equipé d’un moteur diesel de 250 cv et d’une hélice de 75 centimètres de diamètre, avec deux réservoirs à carburant de 360 litres chacun, il pourra attendre la vitesse de 8 nœuds à pleine charge. Sa capacité en poussée et en traction sera de 2 tonnes à 3 nœuds. Pour les opérations de relevage, il disposera à l’avant et à l’arrière d’un cabestan hydraulique de 1.6 tonne. L’équipage sera de deux marins, avec la possibilité d’embarquer deux personnes supplémentaires. Alors que la coque a été retournée fin octobre et que la timonerie est en place, l’armement du remorqueur se poursuit en vue de sa prochaine mise à l’eau.

 

Port de La Rochelle