Vie Portuaire
 La Rochelle : L'Union maritime dénonce les conséquences des grèves

Actualité

La Rochelle : L'Union maritime dénonce les conséquences des grèves

Vie Portuaire

Comme dans les autres Grands Ports Maritimes, les professionnels rochelais s'inquiètent vivement des conséquences du nouveau mouvement de grève lancé par la Fédération Nationale des Ports et Docks CGT. Cette dernière, qui estime suite à une réunion intervenue lundi que le gouvernement souhaite revenir sur certaines avancées obtenues en novembre sur la question des départs anticipés à la retraite pour cause de pénibilité, a appelé à la mobilisation. Depuis hier, dockers et agents des GPM de Marseille, Le Havre, Dunkerque, Nantes Saint-Nazaire, Rouen, Bordeaux et La Rochelle sont appelés à cesser le travail à tour de rôle jusqu'à dimanche. Ces actions, qui pourraient s'inscrire dans la durée si la CGT n'obtient pas un geste de l'Etat, paralysent tout ou partie des activités portuaires, avec des situations plus ou moins différentes suivant les places et terminaux.

A La Rochelle, comme dans d'autres ports, les professionnels dénoncent ce nouveau mouvement. « Les entreprises portuaires et leurs salariés sont, une fois de plus, pris en otage sous couvert d'une lutte syndicale nationale pour une catégorie de personnel représentant moins de 1% des emplois de la zone économique portuaire rochelaise. Déjà fragilisées par ces dernières années de crise économique, cette nouvelle annonce est de mauvais augure pour les 14.000 emplois directs, indirects et induits concernés que génèrent les activités et les entreprises locales », explique l'Union Maritime de La Rochelle-Pallice.

Pour l'UM, qui évoque un « désastre économique annoncé », c'est toute l'économie drainée par le port qui est menacée : « Les clients des entreprises du port trouvent des solutions alternatives et durables en délaissant La Rochelle pour des ports étrangers. Notre crainte est que cette situation ne devienne irréversible, de par ces mouvements qui désorganisent l'activité portuaire et décrédibilisent tous les efforts de développement du port depuis plus de 24 mois. Pour la seule année 2010, les préjudices financiers s'élèvent à plusieurs millions d'euros. Cela ne sera pas sans conséquence sur les investissements à venir même si les entreprises poursuivent leurs efforts pour maintenir et développer les emplois », affirme l'Union Maritime, qui appelle les différents acteurs à prendre leurs responsabilités afin, dit-elle, « d'éviter que le poumon socio-économique de notre région ne s'asphyxie et que toute l'activité ne périclite ».

Port de La Rochelle