Vie Portuaire
La Rochelle : Nepteam partenaire d’ARC pour développer le refit de grands yachts

Actualité

La Rochelle : Nepteam partenaire d’ARC pour développer le refit de grands yachts

Vie Portuaire
Nautisme

Après le retrait fin 2018 de Compositeworks suite à son rachat par le groupe espagnol MB92, qui préférait concentrer ses activités en Méditerranée, la société Atlantic Refit Center a trouvé un nouveau partenaire pour développer le refit de grands yachts à La Rochelle. Il s’agit du groupe Nepteam, propriétaire notamment du chantier IMS Shipyard de Saint-Mandrier, dédié à la réparation de navires de grande plaisance, ainsi que du constructeur Couach de Gujan-Mestras qui produit des yachts allant jusqu’à 50 mètres.

ARC et Nepteam ont formé une nouvelle structure détenue à 50% par chacun des partenaires. Baptisée Arcteam, elle se positionne sur le marché de la maintenance, de la réparation et de la rénovation de méga-yachts de plus de 70 mètres, sachant que les infrastructures rochelaises, en particulier la forme de radoub, peuvent accueillir des bateaux de plaisance de très grande taille. « Nous pouvons accueillir ici des navires jusqu’à 140 mètres, ce qui nous rend très complémentaire avec IMS Shipyard qui traite pour le moment des unités allant jusqu’à une quarantaine de mètres et 700 tonnes. La complémentarité est aussi géographique avec des chantiers sur deux façades, en Méditerranée et en Atlantique où La Rochelle est bien situé pour accueillir les grands yachts en transit depuis ou vers l’Europe du nord. Notre partenariat avec Nepteam est également très intéressant car nous allons pouvoir partager nos savoir-faire et notre expérience tout en trouvant des synergies. Et puis il y a une dimension régionale avec le chantier Couach, en Gironde, qui va nous permettre de mutualiser nos réseaux de partenaires et de sous-traitants », explique Stéphane Marcelli, fondateur et président d’ARC, société qu’il a créée en 2006 avec Chris Atkinson.

Fort de ce nouveau partenariat, Nepteam et ARC attendent maintenant de signer leurs premiers contrats sous la bannière Arcteam : « Nous sommes dans une période favorable et nous travaillons sur plusieurs dossiers que nous espérons voir aboutir prochainement afin d’avoir des bateaux à La Rochelle cet hiver ».

Quant au projet (estimé à 10 millions d’euros) de couverture de la grande forme de radoub rochelaise, qui avait été initié avec Compositeworks avant d’être stoppé suite au désengagement décidé par MB92, son aboutissement est toujours vivement souhaité par Stéphane Marcelli. Mais ce ne sera pas pour tout de suite, explique le président d’ARC : « La cale couverte reste un objectif. Nous sommes amplement convaincus que c’est l’outil qu’il faut pour rivaliser avec les chantiers allemands et néerlandais sur le marché en Europe du nord. Disposer d’une telle infrastructure, d’une qualité et d’un niveau de service équivalents à nos concurrents permettrait de faire venir plus facilement les grands yachts sur la façade atlantique. La cale couverte est un projet qui reste donc dans les tuyaux mais nous allons prendre les choses les unes après les autres et, pour le moment, la priorité est d’abord de développer le marché ».

 

 

Port de La Rochelle