Défense
La Roumanie suspend l’appel d’offres sur la modernisation de sa flotte
ABONNÉS

Actualité

La Roumanie suspend l’appel d’offres sur la modernisation de sa flotte

Défense

Le gouvernement roumain a décidé de suspendre, le 11 janvier, l’appel d’offres concernant la l’acquisition de quatre nouvelles corvettes. Un marché qui comprend également la refonte des deux ex-frégates britanniques du type 22 datant de 1987/88 et acquises en 2003 (ex-London devenue Regina Maria et ex-Coventry devenue Regele Ferdinand), ainsi que la création d’un centre d’entrainement des équipages et le développement d’un pôle de maintenance pour la flotte roumaine.

Après l’échec d’une première procédure d’acquisition lancée en 2016 et tombée à l’eau l’année suivante après des élections législatives, la Roumanie a rapidement relancé ce projet. La modernisation de sa marine est en effet de première importance compte tenu du développement des moyens navals russes en mer Noire et du rôle que Bucarest entend jouer au sein de l’OTAN.

Un nouvel appel d’offres a donc été lancé en mars 2018 et conduit tambour battant jusqu’au mois d’octobre, respectant scrupuleusement un calendrier pourtant extrêmement serré. Le marché porte en particulier sur la construction en transfert de technologie de quatre nouveaux bâtiments de combat de type corvettes fortement armées, les chantiers locaux devant également assurer la rénovation des frégates du type 22, avec un nouveau système de combat et une rénovation de l'armement et des senseurs.

 

La frégate roumaine Regele Ferdinand (© OTAN)

La frégate roumaine Regele Ferdinand (© OTAN)

 

Selon l’ordonnance gouvernementale encadrant cet appel d’offres, au-delà évidemment du respect des exigences techniques et capacitaires formulées par la marine roumaine, le critère final déterminant est le prix, c’est-à-dire que la commande doit être attribuée à l’industriel faisant l’offre la moins chère.

La compétition a été ouverte aux pays membres de l’OTAN et de

Naval Group | Actualité industrie navale de défense